Agrile du frêne: 300 arbres infectés abattus dans un parc d'Ahuntsic-Cartierville

L'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville a entrepris, hier, l'abattage « de plus de 80... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

L'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville a entrepris, hier, l'abattage « de plus de 80 frênes » au parc Marcelin-Wilson afin de lutter contre l'agrile du frêne, un insecte ravageur.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un parc d'Ahuntsic-Cartierville pourrait illustrer à lui seul les ravages de l'agrile du frêne. Depuis deux ans, près de 300 arbres ont dû être abattus, rendus gravement malades par cet insecte ravageur.

L'arrondissement du nord de l'île a entrepris, lundi, l'abattage « de plus de 80 frênes » au parc Marcelin-Wilson. Devant l'ampleur de la tâche, l'opération devrait prendre encore plusieurs jours. Les arbres sont dans un secteur boisé se situant dans le sud de cet espace vert, ciblé dès 2012 comme un important lieu d'infestation.

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'une coupe d'arbres a lieu dans ce parc. En mars 2015, pas moins de 200 frênes avaient été abattus dans la portion nord lors d'une autre opération. Un autre parc voisin, De Salaberry, a également été touché par l'abattage de 172 frênes en 2015. 

« À partir du moment où ils sont infestés, surtout quand ils sont l'un à côté de l'autre, il n'y a rien d'autre à faire que de les abattre », se désole la conseillère municipale d'Ahuntsic Émilie Thuillier.

Et ce n'est pas fini. Un autre abattage aussi important est prévu dans les prochaines semaines dans une autre partie du parc Marcelin-Wilson. Des dizaines d'arbres seront aussi coupés dans un autre parc situé non loin, soit celui des Bateliers.

« C'est sûr que c'est préoccupant. Ça fait partie des premiers foyers d'infestation localisés à Montréal », a affirmé Réal Ménard, élu responsable des parcs au sein de l'administration Coderre.

Montréal prévoit récupérer une partie du bois dans son programme de valorisation, mais le reste sera déchiqueté sur place pour éviter que les larves se trouvant à l'intérieur des branches n'infectent d'autres arbres. L'arrondissement dit qu'il profitera au passage de cet abattage pour éradiquer un arbuste envahissant dans le parc Marcelin-Wilson, le nerprun.

UN ARRONDISSEMENT « À RISQUE »

Ahuntsic est particulièrement touché par l'agrile du frêne, pratiquement tout son territoire étant considéré comme « à risque » par la Ville de Montréal. Depuis deux ans, près de 1500 arbres de l'arrondissement ont dû être abattus, dont le cinquième dans ce seul parc.

L'arrondissement travaille à élaborer un plan directeur pour planifier le remplacement des arbres abattus afin de planter de nouvelles espèces. Réal Ménard indique que de 600 à 700 arbres seront plantés au parc Marcelin-Wilson pour remplacer les quelque 300 abattus depuis deux ans.

Détecté en Amérique du Nord pour la première fois en 2002, l'agrile du frêne gagne sans cesse du terrain depuis. Sa présence a été observée en 2011 à Montréal. Il y a une semaine, l'Agence canadienne d'inspection des aliments a encore élargi la zone dans laquelle il est interdit de déplacer du bois de chauffage, l'une des causes de propagation. Les MRC de Joliette et D'Autray, au nord-est de Montréal, sont désormais touchées par les mesures cherchant à freiner la progression de l'insecte.

La Ville de Montréal précise qu'aucun abattage massif n'a eu lieu jusqu'à présent dans les grands parcs du Mont-Royal, La Fontaine ou Jarry. Moins d'une dizaine d'arbres par année ont été abattus depuis 2014 dans ceux-ci.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer