REM: une coalition exige une commission parlementaire

Selon la coalition, le train électrique ne semble pas... (IMAGE FOURNIE PAR CDPQ INFRA)

Agrandir

Selon la coalition, le train électrique ne semble pas être le meilleur moyen de transport, « une technologie très polluante et extrêmement coûteuse ».

IMAGE FOURNIE PAR CDPQ INFRA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Une large coalition demande une commission parlementaire sur le projet de Réseau électrique métropolitain (REM), à Montréal, de la Caisse de dépôt et placement du Québec qu'elle critique sur les plans de l'environnement, de son tracé, et de la viabilité financière.

Lors d'une conférence de presse dimanche matin à Montréal, la coalition, qui regroupe des experts en transport en commun, des groupes environnementaux, des regroupements citoyens et des syndicalistes, a souligné que le promoteur du projet avait laissé plusieurs questions importantes en suspens.

Selon eux, le train électrique ne semble pas être le meilleur moyen de transport, « une technologie très polluante et extrêmement coûteuse ».

Un professeur à l'Université de la Colombie-Britannique, Patrick Condon, qui a participé par téléphone à la conférence de presse, estime que le train électrique « relève d'une vision totalement dépassée et excessivement coûteuse des transports collectifs ».

Ils craignent aussi que les coûts du projet explosent comme ce fut le cas avec le Stade olympique ou le métro de Laval, qui ont dû aussi être construits « à la hâte ».

La construction du réseau électrique de 67 kilomètres devrait commencer cet été pour entrer en service en 2020.

Le groupe demande une commission parlementaire qui aurait pour mandat d'évaluer le projet et de déterminer s'il représente un réel gain et la meilleure option possible pour les usagers du transport collectif, pour l'environnement et pour les contribuables du Québec.

La commission devrait également tenter d'analyser les impacts du projet et de proposer des mesures d'atténuation.

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) avait remis un rapport fort peu reluisant sur le projet de la Caisse, exprimant des réserves quant à son impact sur l'environnement et sa rentabilité financière. Il a conclu qu'il ne pouvait pas donner son feu vert au projet.

Le premier ministre Philippe Couillard et le maire de Montréal, Denis Coderre, ont toutefois assuré que le projet irait de l'avant malgré ces critiques, ce qui a été dénoncé par la coalition. M. Couillard a même suggéré que l'organisation pourrait avoir outrepassé son mandat.

« Jamais on n'a parlé contre le BAPE. Toujours le BAPE a donné les bonnes réponses. Toujours, le BAPE a été en concertation avec les milieux. Et tout d'un coup, aujourd'hui, le BAPE est allé à l'extérieur de son mandat. Je ne crois pas. Je crois que le BAPE a dit exactement ce qu'il fallait dire », a expliqué Marie-Chantale Vincent, chargée de cours à l'Université de Sherbrooke en matière de développement durable.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer