Le maire Coderre dresse son bilan 2016, et se tourne vers le 375e de Montréal

Le maire de Montréal Denis Coderre se félicite... (PHOTO Photo Erick Labbe, ARCHIVES Le Soleil)

Agrandir

Le maire de Montréal Denis Coderre se félicite d'avoir mis son mantra, «penser globalement, mais agir localement» à exécution.

PHOTO Photo Erick Labbe, ARCHIVES Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roxanne Ocampo-Picard
La Presse Canadienne

À l'heure des bilans de fin d'année, le maire montréalais Denis Coderre revient sur les diverses sagas ayant marqué 2016, et tourne un regard vers l'année à venir qui marquera le 375e anniversaire de la ville.

M. Coderre se félicite d'avoir mis son mantra, «penser globalement, mais agir localement», à exécution et se réjouit tout particulièrement de l'obtention du statut de métropole, qui incarne pour lui un nouveau partenariat avec le gouvernement provincial.

Dans le dossier controversé des chiens pitbull, il maintient avoir tout simplement «actualisé» le contrôle animalier.

Le règlement, qui a été suspendu puis partiellement rétabli par les tribunaux, a attiré l'ire de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA), qui le juge déraisonnable et discriminatoire.

Ses dispositions les plus contestées interdisent l'adoption de chiens de type pitbull et soumettent les propriétaires actuels à d'importantes restrictions. La SPCA a répliqué plus tôt cette semaine en annonçant qu'elle cessera d'assurer ses services canins dans certains arrondissements montréalais, et ce, dès avril prochain.

En entrevue avec La Presse canadienne, le maire Coderre a martelé que détenir un compagnon animal représente un privilège et qu'il faut garder en tête que «c'est les humains avant les chiens».

«La SPCA a décidé de retirer ses billes, je ne céderai pas à des chantages», a-t-il lancé.

Il reproche au parti de l'opposition de faire preuve de «sectarisme» dans cette affaire, tout comme dans les préparatifs pour le 375e anniversaire de Montréal.

Projet Montréal a créé un compte Twitter à saveur satirique intitulé «378e de Mtl / 2020» pour mettre en lumière les projets dont la mise en oeuvre accuse un retard - et qui pourraient ne pas être achevés pour 2017. La chef de l'opposition, Valérie Plante, avance qu'il aurait été préférable de commémorer la fondation de la ville avec des projets moins nombreux, mais plus significatifs.

Interrogé sur ces retards, M. Coderre a rétorqué que Projet Montréal «se cherche une raison d'être».

Il ajoute que le 375e marque un nouveau chapitre où «on va arrêter de jouer continuellement à la victime» et se féliciter d'être un «modèle du vivre ensemble».

«Il va y avoir beaucoup, beaucoup de projets qui vont être terminés cette année, il va y avoir beaucoup de projets également pour 2018, 2019 et conséquemment», a-t-il exposé.

Au cours de 2017, le maire compte aussi poursuivre ses efforts pour «professionnaliser» l'industrie des calèches et raviver la flamme du baseball.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer