Exclusif

Plus de 200 chauffeurs de la STM à 100 000 $

En 2015, la Société de transport de Montréal a... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

En 2015, la Société de transport de Montréal a payé près de 60 millions de dollars en heures supplémentaires.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Samuel Perron,  DAPHNÉ CAMERON et WILLIAM LECLERC
La Presse

Tout près d'un employé sur huit de la Société de transport de Montréal (STM) a gagné plus de 100 000 $ l'an dernier, alors que les heures supplémentaires ont coûté près de 60 millions de dollars, un record. Sur ces 1200 travailleurs privilégiés, on compte plus de 200 chauffeurs d'autobus, une dizaine de changeurs, mais aussi des magasiniers, des opérateurs de métro et un aide-graisseur.

Au sommet des employés de la STM ayant touché plus de 100 000 $ l'an dernier figurent les chauffeurs d'autobus (209) et les mécaniciens (103), montrent des chiffres obtenus grâce à la Loi sur l'accès à l'information. Si la plupart de ces travailleurs surpassent à peine la barre symbolique des 100 000 $, une poignée de chauffeurs d'autobus ont gagné plus de 150 000 $ en 2015. Pour atteindre ce salaire, un chauffeur au sommet de l'échelle salariale devra avoir complété en moyenne plus de 15 heures supplémentaires chaque semaine.

DEUX FOIS PLUS D'EMPLOYÉS DANS LE CLUB DES 100 000 $

La STM n'a jamais compté sur autant de travailleurs touchant une rémunération d'au moins 100 000 $ par an, incluant les heures supplémentaires, les primes et les montants forfaitaires. En 2015, sur les 9503 employés de la STM, 1199 ont atteint ce club sélect. C'est presque deux fois plus qu'il y a trois ans. Environ la moitié de ces travailleurs ont toutefois engrangé un salaire en deçà de 110 000 $ par année.

Pratiquement tous les corps de métier de la STM sont représentés dans cette version montréalaise de la « Sunshine List » de l'Ontario, laquelle divulgue chaque année tous les fonctionnaires qui touchent 100 000 $ par an. Sans surprise, les professions bien rémunérées, comme ingénieur et analyste principal, trônent dans cette liste, aux côtés des postes de direction.

UN RECORD

Le recours aux heures supplémentaires à la STM était en hausse l'an passé, alors que le nombre d'employés diminuait légèrement pour la première fois depuis des années. La STM a ainsi versé 59,3 millions à ces employés en heures supplémentaires. C'est 3,5 millions de plus que l'année précédente et 13 millions de plus qu'en 2010.

Ce montant record s'explique principalement par une augmentation de 15 % du nombre d'heures supplémentaires allouées aux chauffeurs et opérateurs de la STM. Ceux-ci ont travaillé 644 600 heures supplémentaires l'an dernier contre 562 200 l'année précédente, alors que les autres corps de métier ont connu une diminution.

UNE PRATIQUE MOINS CHÈRE, DIT LE DG DE LA STM

En entrevue avec La Presse, le directeur général de la STM, Luc Tremblay, a affirmé que le recours aux heures supplémentaires dans l'organisation du travail était une pratique normale dans l'industrie des transports en commun, afin de garder une certaine flexibilité. Cette méthode coûte moins cher au contribuable puisque la STM diminue ses coûts en avantages sociaux. « Quand on monte le service bus, quand on monte le service métro [les heures supplémentaires], c'est prévu. Par exemple, si ça prend 100 personnes pour faire le service, on va en engager 80 qui vont faire du temps supplémentaire pour ramener ça à 100 », a-t-il expliqué.

EMBAUCHE DE CHAUFFEURS

Pourquoi y a-t-il eu une augmentation si importante des heures supplémentaires en 2015 si la pratique est balisée d'avance ? « C'est parce que dans la dernière année, on a poussé le modèle à l'extrême », répond Luc Tremblay. « On a complètement arrêté d'embaucher des chauffeurs en 2014-2015. On a repris l'embauche à la fin de 2015 parce qu'on est allés un peu trop loin. Depuis que je suis arrivé en juillet 2015, on a embauché 425 chauffeurs parce que le modèle est allé un peu trop à l'extrême », a-t-il ajouté.

DIMINUTION PRÉVUE DES HEURES SUPPLÉMENTAIRES

Dans son budget 2017 présenté mercredi, la STM prévoit ainsi une diminution importante du recours au total des heures supplémentaires, lesquelles passeraient de 1,29 million en 2015 à 1,07 million cette année, puis à 862 000 heures. Une telle baisse serait un tour de force, puisque la STM a toujours alloué annuellement plus de 1,1 million d'heures supplémentaires à ses employés depuis 2008. Dans la même veine, la STM a inscrit dans son budget 2017 à peine 41,9 millions en heures supplémentaires, une chute de 41 % par rapport au sommet de 2015.

PAS DE DANGER POUR LA SÉCURITÉ, SELON LA STM

Le fait que certains chauffeurs d'autobus travaillent près de 60 heures par semaine pose-t-il des risques de sécurité ? Le grand patron de la STM, Luc Tremblay, répond que les taux d'épuisement professionnel ou d'accidents n'ont pas augmenté. Il ajoute qu'il n'existe aucune loi qui balise le nombre d'heures qu'un chauffeur d'autobus ou qu'un opérateur de métro peut travailler. « Il n'y a rien qui nous restreint, mais on n'enverra pas quelqu'un conduire 12 heures ou 15 heures par jour », dit-il. La plupart du temps, explique-t-il, la période de conduite d'un chauffeur d'autobus est morcelée avec quelques heures de répit dans une salle de repos. « Ce sont des gens qui ont des horaires atypiques, donc ce n'est pas nécessairement 10 heures par semaine, 10 jours en ligne. Ce sont des gens qui ont des disponibilités, qui veulent le faire et qui sont ambitieux », dit-il.

MAUVAISE GESTION, DIT L'OPPOSITION

Selon l'élu de Projet Montréal Sylvain Ouellet, un tel recours aux heures supplémentaires est un signe de mauvaise gestion des ressources humaines. « Surtout dans le cas de la STM, où tous les chauffeurs et les opérateurs sont à temps plein. L'achalandage du transport en commun, on le prévoit d'avance. Ça peut s'expliquer de plusieurs façons : depuis que [Denis] Coderre est arrivé au pouvoir, le mot d'ordre est de minimiser les dépenses à la STM, de ne plus embaucher. On est plus en croissance, on n'embauche plus », dénonce-t-il.

Cette prolifération des heures supplémentaires pourrait aussi être le signe d'un mauvais climat de travail, croit-il. « Quand ton climat de travail est mauvais, les gens prennent 100 % des congés maladie disponibles. Ça implique alors du temps supplémentaire. »

Le syndicat qui représente les chauffeurs de la STM a refusé de nous accorder une entrevue. Le syndicat qui représente les mécaniciens n'a pas donné suite à notre demande.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer