Une candidate de Projet Montréal propose une nouvelle ligne de métro

Valérie Plante, qui souhaite prendre la tête de... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Valérie Plante, qui souhaite prendre la tête de Projet Montréal le 4 décembre, plaide pour un réinvestissement massif dans les transports en commun.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'amélioration du transport en commun à Montréal ne doit pas uniquement passer par le prolongement des lignes de métro existantes: la métropole doit carrément ajouter une nouvelle ligne. Candidate à la direction de Projet Montréal, Valérie Plante présente aujourd'hui un ambitieux plan dont la pièce centrale consiste à aménager un tout nouveau tracé pour permettre aux wagons de relier le centre-ville à Montréal-Nord. Portrait d'un projet qui pourrait coûter 6 milliards.

Le coeur du plan de Valérie Plante en... (IMAGE FOURNIE PAR L’ÉQUIPE DE VALÉRIE PLANTE) - image 1.0

Agrandir

Le coeur du plan de Valérie Plante en matière de transports en commun repose sur l'aménagement d'une cinquième ligne de métro, que la candidate a baptisée « la diagonale » en raison de son tracé oblique.

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉQUIPE DE VALÉRIE PLANTE

Miser sur les transports en commun

Valérie Plante, qui souhaite prendre la tête de Projet Montréal le 4 décembre, plaide pour un réinvestissement massif dans les transports en commun. Si elle devient la première mairesse de la métropole en 2017, elle s'engage à développer considérablement le réseau souterrain de la Société de transport de Montréal (STM) sur un horizon de 25 ans. D'où l'idée de baptiser son projet « le plan 400 », soit pour le 400e anniversaire de Montréal. Le nom se veut également une sorte de pied de nez à Denis Coderre, dont plusieurs projets ne seront pas livrés à temps pour le 375e anniversaire de Montréal, l'an prochain. « Comme les plans du maire ne seront pas prêts avant quelques années encore, on veut éviter ce fiasco. Si on veut un plan de transports en commun fantastique pour le 400e, on devrait s'y mettre maintenant », résume la candidate.

Une ligne diagonale, la rose

Le coeur de son « plan 400 » repose sur l'aménagement d'une cinquième ligne de métro, que Valérie Plante a baptisée « la diagonale » en raison de son tracé oblique. La ligne partirait de la station Bonaventure pour se rendre jusqu'à Montréal-Nord. Le tracé se connecterait sur trois lignes existantes, soit l'orange (Bonaventure et Mont-Royal), la verte (McGill) et la bleue (une fois prolongée, à la future station Pie-IX). Les lignes montréalaises ayant chacune une couleur, la femme aspirant devenir la première mairesse de Montréal verrait bien ce tracé prendre le rose.

Secteurs mal desservis

« L'idée, c'est de desservir là où les besoins ne sont pas couverts », résume Valérie Plante. L'implantation de cette nouvelle ligne permettrait de régler plusieurs irritants du réseau. Les Montréalais et les touristes pourraient ainsi prendre les transports en commun pour se rendre directement au pied du mont Royal (stations Hôtel-Dieu et Jeanne-Mance). La ligne proposée desservirait plusieurs quartiers densément peuplés, que ce soit le Plateau-Mont-Royal, Rosemont-La Petite-Patrie, Saint-Léonard et Montréal-Nord. La « rose » offrirait un accès rapide au Complexe environnemental Saint-Michel, cette ancienne carrière que la Ville est à réaménager à grands frais en parc dans le cadre de son 375e anniversaire.

Désengorger le métro

Valérie Plante estime que ce projet permettrait de réduire l'engorgement touchant les lignes orange et verte au centre-ville. « Ce qu'il faut, c'est éviter la ligne orange. Elle est à pleine capacité. Ce n'est pas normal que les gens sur la ligne orange n'arrivent pas à entrer dans le métro. Il y a tellement de pression, ça n'a pas de sens. » La candidate déplore qu'aucun des projets annoncés jusqu'à présent par Montréal ne prévoie soulager la pression. Au contraire, le prolongement de la ligne bleue et l'arrivée du Réseau électrique métropolitain viendront ajouter de nouveaux usagers dans les portions les plus achalandées du métro. « Je considère que le maire est déconnecté de la réalité. On ne peut pas penser ajouter un segment de la ligne bleue sans penser à plus long terme à l'impact sur la ligne orange. C'est des autobus qui vont répondre à ça ? Franchement, on est au XXIe siècle », s'indigne Valérie Plante.

Facture élevé, retombées majeures

La candidate ne s'en cache pas, un tel projet risque de coûter cher. Elle évalue qu'il en coûtera jusqu'à 600 millions pour chaque station. En aménager 10 ferait ainsi grimper la note à 6 milliards. « Oui, ça coûte de l'argent, mais ça crée du travail », dit Valérie Plante. Ça aide à la densification - les gens ont envie d'aller s'y installer -, c'est bon pour l'économie, c'est bon pour la qualité de vie. » La candidate à la direction de Projet Montréal souligne qu'aucune station de métro n'a été aménagée dans l'île de Montréal depuis le milieu des années 80, les trois derniers ajouts ayant eu lieu à Laval. « À Paris, ils sont en train d'ajouter 68 station. À Los Angeles, 27. À Toronto, ils sont en train de faire le Relief Line. S'ils le font, c'est qu'ils prennent les transports en commun au sérieux. Je veux qu'on reprenne les transports en commun au sérieux. »

Plusieurs prolongements envisagés

Au-delà d'ajouter une nouvelle ligne de métro, Valérie Plante propose plusieurs prolongements des lignes de métro existantes. En plus d'aller de l'avant avec l'extension de la ligne bleue jusqu'à Anjou, elle ajouterait des stations vers l'ouest, dans Côte-des-Neiges. Ce prolongement apparaissait d'ailleurs aux plans de la STM à une époque, avant d'être mis de côté. Valérie Plante dit qu'elle mènerait également à terme le plan d'allonger la ligne orange de Côte-Vertu à Bois-Franc. Elle pousserait aussi pour que la ligne se poursuive à Laval et ainsi compléter le bouclage de ce tracé, idée envisagée depuis longtemps. Même la ligne verte n'échappe pas aux visées de la candidate qui prolongerait le tracé vers l'est au-delà d'Honoré-Beaugrand.

Gel de tarifs

Parmi les autres engagements, Valérie Plante propose un gel des tarifs de la STM ainsi que l'introduction d'un tarif familial. Ce gel serait en vigueur « une année ou deux, pour donner un sursis aux utilisateurs ». Elle dit douter que la satisfaction soit aussi élevée que ce qu'avance le maire Coderre. Pour éviter de plomber les finances, elle demanderait à Québec de contribuer davantage.

Redonner la fierté aux Montréalais

Valérie Plante ne s'en cache pas, son idée de ligne rose en diagonale risque d'être accueillie avec scepticisme. « J'en ai parlé autour de moi et on me disait "voyons donc, c'est impossible, ça ne se fait pas" et ça me rend triste. Le peuple québécois, on a démontré dans le passé qu'on a réussi à faire un métro, on a amené notre ville tellement plus loin. On s'est battu pour des services de garde, comme société, on s'est battu pour la sauvegarde de la langue française. Quand on a des idées fortes, on est capables de les mener. » Loin de baisser les bras, elle espère que de tels projets sauront redonner confiance et fierté aux Québécois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer