STM: près de 200 autobus immobilisés hier à cause d'un nouveau formulaire

Hier, 84 chauffeurs du Centre de transport d'Anjou... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Hier, 84 chauffeurs du Centre de transport d'Anjou de la STM ont refusé de prendre le volant, pendant que le métro était immobilisé, en raison d'un nouveau formulaire qu'ils doivent remplir avant de quitter le garage.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les automobilistes s'attendaient au pire, mais ce sont surtout les usagers montréalais des transports en commun qui y ont goûté, hier matin. En dépit de la première chute de neige sur la métropole, plus de 80 chauffeurs d'autobus de la STM ont refusé de prendre le volant, pendant que le métro était immobilisé.

Un nouveau formulaire que les chauffeurs d'autobus doivent obligatoirement signer avant de quitter le garage est à l'origine d'un refus de travail exercé par plus de 80 chauffeurs de la Société de transport de Montréal (STM) en pleine chute de neige, hier matin. Près de 200 autobus sont restés paralysés pendant plus d'une heure par ce que le syndicat considère comme un « bordel provoqué par la gérance » de la société de transport.

Le document en question exige des chauffeurs qu'ils signent un bulletin de vérification de sécurité avant leur départ et y inscrivent le kilométrage affiché à l'odomètre. Ils pouvaient auparavant simplement écrire leur numéro de matricule sur le formulaire avant de partir, mais un nouveau règlement adopté par Québec il y a six mois et entré en vigueur dimanche l'interdit désormais. Le changement apporte aussi quelques modifications à la gravité de certaines défectuosités remarquées par les chauffeurs lors de leur ronde de sécurité. Si, par exemple, un clignotant de virage ne fonctionne pas, l'autobus peut être interdit de circuler.

Hier matin, alors que la neige s'abattait pour la première fois sur Montréal, les chauffeurs d'autobus de sept des huit centres de transport de la STM ont signé le nouveau document et pris la route normalement. Ceux de la Société de transport de Laval et du Réseau de transport de Longueuil ont fait de même. Mais environ 80 chauffeurs du Centre de transport d'Anjou de la STM, dont l'ancien président du syndicat des chauffeurs Claude Benoît, ont exercé un refus de travail.

« Ce n'était pas une grève, ce n'était pas un mouvement syndical. Les chauffeurs voulaient être sûrs de bien remplir le formulaire pour éviter d'avoir une amende de 350. $ » -  Daniel Leroux, vice-président du Syndicat des chauffeurs d'autobus, opérateurs de métro et employés de service de la STM, affilié au SCFP

« Avec un autobus, si on ne respecte pas les règles, on peut facilement être suspendu. Il faut que je protège mes membres », a ajouté M. Leroux.

PAS DE FORMATION NÉCESSAIRE

Selon la STM, le nouveau règlement avait été dûment présenté aux employés la semaine dernière dans le cadre de stands tenus dans les différents points de service. Des lettres ont aussi été envoyées par la poste à tous les chauffeurs pour leur expliquer les modifications. « Comme il s'agissait de trois petits points mineurs qui s'ajoutaient, nous avons convenu avec le syndicat qu'il n'était pas nécessaire de faire une formation. Ça s'est fait de façon paritaire avec le syndicat », affirme Isabelle Tremblay, porte-parole de la STM.

Mais le syndicat soutient qu'au contraire, les lettres d'information n'ont pas été livrées à temps. « En arrivant ce matin, on s'attendait à avoir des copies de la lettre d'information en cinq minutes. Pas en une heure et demie. Ça s'est étiré et étiré. Après, l'explication ne pouvait pas être donnée comme il le faut parce qu'il y avait plein de monde dans la salle et que ça parlait trop fort. C'était le bordel », indique M. Leroux.

La société de transport entend sévir contre les 84 chauffeurs qui ont refusé de travailler. « Les autobus ne sont pas sortis parce que l'ancien président du syndicat, Claude Benoit, a encouragé les chauffeurs à ne pas partir, a soutenu Mme Tremblay. Il va y avoir une enquête. Ça ne se passera pas sans conséquence »

L'ex-président du syndicat Claude Benoit n'a pu être joint par La Presse. Le vice-président du syndicat assure cependant qu'il « n'a pas fait de show ». « Il n'était même pas arrivé quand les premières personnes ont exercé leur refus de travail », affirme M. Leroux.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer