Montréal plante du gazon malgré la neige

Des employés de la Ville ont posé des... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Des employés de la Ville ont posé des rouleaux de tourbe sur un terre-plein du boulevard René-Lévesque malgré la neige.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rien n'arrête la Ville de Montréal, pas même une (petite) tempête de neige. Alors que la métropole reçoit sa première neige de l'année, des employés ont tout de même poursuivi leurs travaux pour recouvrir un terre-plein de gazon.

Ces travaux ont été commandés par l'arrondissement Ville-Marie,... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Ces travaux ont été commandés par l'arrondissement Ville-Marie, en août, en vue de la présentation d'une course de Formule E, en juillet prochain au centre-ville de Montréal.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Un caméraman de Radio-Canada a eu toute une surprise ce matin alors qu'il se trouvait devant son lieu de travail : des employés étaient à dérouler des rouleaux de tourbe sur le terre-plein du boulevard René-Lévesque. Et ce, même s'il tombait des flocons.

Ces travaux ont été commandés par l'arrondissement Ville-Marie, en août, en vue de la présentation d'une course de Formule E, en juillet prochain au centre-ville de Montréal. Selon le calendrier prévu au contrat, les travaux devaient avoir lieu d'ici la fin novembre. Le document indiquait qu'il y avait urgence de faire ces travaux. « Le report des travaux de construction, rendrait impossible la finalisation des préparatifs du réseau de voirie de la Ville pour la tenue de la course avec un presque certain refus de la FIA (Fédération internationale automobile) d'accepter les conditions de la piste », écrivait la Ville.

La photo, qui a fait le tour des réseaux sociaux, a même rebondi à l'hôtel de ville où les élus siègent en conseil municipal. Projet Montréal a dénoncé la pratique, y voyant un nouveau manque de planification de la Ville de Montréal à l'aube du 375e anniversaire de fondation de la métropole, en 2017. « Je suis désolé, il va falloir inventer une nouvelle expression, après le pavage d'élections, il va y avoir le gazon d'élections. [...] Est-ce qu'on veut à ce point accélérer les travaux pour être sûrs que le 375e soit plus beau ? Cet exemple-là est très représentatif de comment l'administration Coderre gère depuis le début : on coupe dans l'essentiel, on coupe dans les racines, on ajoute une couche superficielle juste avant les élections. »

Le maire Denis Coderre n'a pas caché son mécontentement de voir des travaux aussi tardifs. « Je n'ai pas trouvé ça fantastique moi non plus, l'entrepreneur a un contrat et il fait son travail et on va aller chercher des réponses et on va vous revenir avec ça. Ça fait bizarre en effet. »

En milieu de journée, l'arrondissement Ville-Marie a demandé à l'entrepreneur responsable du chantier de cesser d'installer le gazon sur le terre-plein. « La pose de tourbe n'avait pas été autorisée par l'arrondissement et nous l'avons interrompue. L'entrepreneur a été prévenu qu'il ne sera pas payé pour ces travaux », a indiqué Anik de Repentigny, porte-parole de Ville-Marie.

Pratique normale

Un producteur de gazon, Luc Bourdon, assure que la pratique est normale. « Ce n'est pas un problème. La température du sol est encore très chaude, alors ça va faire fondre la neige, ça va créer de l'adhérence. Ce n'est pas contre indiqué », dit le propriétaire des Arpents verts de l'Estrie. Qu'il neige ou pas, le gazon est en période de dormance. Peu importe qu'il neige ou pas, ses racines ne seront pas affectées.

En fait, cette pratique aurait été problématique seulement si le sol avait été gelé depuis plusieurs jours, ce qui n'est pas le cas. « Si le sol est gelé, c'est plus problématique, parce que la terre n'est pas uniforme et le rouleau va rester en suspension et il risque de créer des poches d'air, ce qui fait de l'assèchement », poursuit M. Bourdon, qui produit du gazon depuis 21 ans.

Si la pratique a de quoi surprendre, « il n'y a rien d'anormal », assure également l'agronome Marc Laganière, des Pelouses Richer-Boulet. « Ça ne met pas le gazon en péril du tout. Même que cette pelouse va être la plus verte au printemps : en raison de la neige, elle ne manque pas d'eau, elle ne subit pas de stress : tout est en place pour que ça fonctionne ».

L'étonnement vient surtout du fait que la majorité des gens étendent leur pelouse en été. Or les entrepreneurs continuent jusque tard dans la saison pour terminer leurs chantiers. « C'est un service qu'on rend surtout aux entrepreneurs qui sont souvent payés une fois que le gazon est installé, alors les gens forcent un peu pour terminer des contrats », poursuit M. Laganière.

L'agronome avoue lui-même avoir étendu le gazon devant sa maison un 22 novembre en pleine tempête et ne pas avoir eu de problème avec sa pelouse.

-Avec Daphné Cameron

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer