Pavage bâclé: Projet Montréal dépose une plainte au BIG

Photo prise par Projet Montréal la semaine dernière... (PHOTO COURTOISIE)

Agrandir

Photo prise par Projet Montréal la semaine dernière sur l'avenue du Parc-La Fontaine juste avant le passage de l'appareil d'asphaltage. Luc Ferrandez affirme que selon le devis des travaux, que ce type de nid-de-poule doit être gratté et recouvert d'une couche de liant avant d'être recouvert d'un enrobé bitumineux.

PHOTO COURTOISIE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'opposition officielle à l'hôtel de ville croit que les travaux de planage et de revêtement sur l'avenue du Parc-La Fontaine, une rue célèbre pour sa quantité de nids-de-poule, ont été bâclés au point d'alerter le Bureau de l'inspecteur général (BIG).

L'opposition officielle à l'hôtel de ville croit que... (PHOTO COURTOISIE) - image 1.0

Agrandir

PHOTO COURTOISIE

Selon le chef de Projet Montréal, Luc Ferrandez, le chantier a été temporairement stoppé jeudi dès le lendemain de sa plainte. « J'ai vu une dalle de béton craquée et des nids-de-poule imposants qui ont simplement disparu sous une nouvelle couche d'asphalte. Dans un an ou deux, les nids-de-poule et les crevasses seront de retour et le travail sera à recommencer », a-t-il déploré.

Ce chantier illustre les failles dans le programme complémentaire de planage-revêtement (PCPR) de l'administration Coderre, croit M. Ferrandez.

Ce programme en est un de soins palliatifs puisque les travaux ne prolongent la durée de vie des rues que de cinq à dix ans. Au cours des trois prochaines années, la Ville investira dans ce seul programme la somme de 415,4 millions pour prolonger la durée de vie de ses chaussées.

« Est-ce que vous vous rappelez que notre stade olympique a coûté 800 millions et que tout le monde s'est arraché les cheveux de la tête en disant quelle dépense immense », a illustré M. Ferrandez, ce matin, lors d'un point de presse dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal. « Là, on investi une somme énorme dans un programme dont les concepteurs eux-mêmes nous annoncent que c'est là pour un maximum de sept ans. Et quand on parle aux gens sur les chantiers, ils nous disent cinq ans et quand on regarde l'état des rues les plus détruites, ils nous disent deux ans. C'est donc 400 millions pour du court terme », a-t-il ajouté.

Ce week-end, ajoute M. Ferrandez, deux conduites d'eau ont cédé sous les vibrations des rouleaux compresseurs sur deux chantiers du PCPR, sur De Gaspé et à l'angle des rues Mont-Royal et Franchère. 

L'histoire se répète, selon Ferrandez

En septembre 2015, le BIG a constaté des manquements si graves dans l'exécution de travaux du PCPR à Montréal-Nord qu'il a suspendu un contrat de 3,45 millions de dollars. Me Denis Gallant avait conclu que des défauts en surface et dans la fondation d'une rue n'avaient pas été corrigés adéquatement avant d'entreprendre l'asphaltage

L'histoire se répète sur l'avenue du Parc-La Fontaine, craint Luc Ferrandez. Il estime que le maire Coderre a « tabletté » le rapport du BIG de 2015, a fait fi de ses recommandations car il veut « agir vite »  en vue des élections en 2017.

« Si vous persistez à faire le PCPR, donnez-vous les moyens de le faire correctement », demande le maire Ferrandez au maire Coderre. « Ça prend plus d'inspecteurs, de meilleurs devis techniques et une meilleure analyse des segments de rues pour s'assurer qu'il n'y ait pas de bris de conduite. Là, il y a une forme d'arrogance à poursuivre et à dire j'ai raison, même après avoir été pris sur le fait. »

Avertissement

Selon la Ville de Montréal, il est faux de prétendre que les nids-de-poule réapparaissent seulement un an après les travaux. « Selon nos données et analyses de 2015 sur les travaux pavage-revêtement de 2008-2009, soit 8 ans après les travaux, les travaux de planage-revêtement permettent d'atteindre une durée de vie utile de 7 à 12 ans », a réagi par courriel en fin de journée, Philippe Sabourin, porte-parole de la Ville de Montréal.

Dans le cas de l'avenue du Parc-La Fontaine, explique M. Sabourin, le surveillant du chantier PCPR avait identifié les corrections à faire avant le pavage de la chaussée et certains défauts ont été jugés acceptables.

C'est la ville qui a demandé que le chantier soit temporairement arrêté à la suite de la plainte au BIG.

« Par la suite, la semaine dernière, une analyse de la situation a été réalisée [par la Ville] en prenant en considération les informations recueillies auprès du surveillant de chantier. Un avertissement sur les méthodes de mise en oeuvre des travaux a été fait au consultant en charge de la surveillance et à l'entrepreneur afin d'assurer une compréhension commune. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer