Après les pitbulls, les poissons rouges aussi interdits?

La SPCA de Montréal dit avoir reçu quelques courriels... (Photo tirée de Wikipédia)

Agrandir

La SPCA de Montréal dit avoir reçu quelques courriels de citoyens inquiets pour leurs poissons.

Photo tirée de Wikipédia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les poissons rouges et autres petites bêtes d'aquarium à branchies sont-ils devenus de facto interdits à Montréal avec l'adoption du nouveau règlement municipal interdisant les pitbulls ? Alors que la Ville dit non, la SPCA et un avocat assurent que oui, la liste officielle des animaux que les Montréalais sont autorisés à « posséder » ou à « garder en captivité » n'incluant aucun poisson ou vertébré à branchie.

L'idée peut faire sourire, mais la SPCA, qui tentera d'obtenir une injonction pour invalider le règlement lundi au palais de justice de Montréal, dit avoir reçu quelques courriels de citoyens inquiets pour leurs poissons.

« Quand on regarde le règlement, à sa face même, les poissons semblent interdits, parce qu'ils ne sont pas écrits dans la liste des espèces permises », constate l'avocate de la SPCA, Me Sophie Gaillard.

«Ça m'étonnerait que l'intention de l'administration Coderre était d'interdire ces animaux. Mais ça témoigne du fait que ce règlement a été rédigé un peu n'importe comment, sans que la Ville réfléchisse à ce qu'elle voulait mettre dedans.»

Me Sophie Gaillard, avocate de la SPCA

Dans son libellé, le règlement prévoit qu'il est « interdit à toute personne de posséder, d'être en possession ou de garder en captivité à quelque fin que ce soit un animal » ne faisant pas partie d'une liste de 20 animaux, dont le chat, le chien, le hérisson en captivité, plusieurs sortes d'oiseaux, certains reptiles et des grenouilles et des crapauds, à l'exception de ceux qui sont venimeux. Aucun poisson ne figure sur la liste.

C'est l'avocat montréalais Max Silverman qui a souligné à La Presse l'absence des poissons d'aquarium dans la liste des animaux permis par le règlement adopté cette semaine.

« Je possède moi-même un aquarium et j'ai été surpris de voir, en regardant le règlement, qu'on autorise les crapauds, les lézards et plein d'autres animaux exotiques, sauf les poissons. J'y vois du laxisme. Si on donne le pouvoir à des inspecteurs de vérifier si les citoyens se conforment au règlement, je n'aime pas du tout l'idée que la liste d'animaux autorisés demeure aussi imprécise. Je serai le premier à tenter de le contester le règlement en cour si un enquêteur tente de m'enlever mes poissons », dit-il.

LA VILLE RÉAGIT

Appelée à réagir, la Ville de Montréal assure cependant que les Montréalais peuvent continuer de posséder des poissons. « Le but du règlement est d'encadrer les nuisances et d'édicter des règles liées à la sécurité. Les citoyens montréalais peuvent continuer d'avoir des poissons, ainsi qu'un aquarium, car cet objet n'est pas visé par le règlement », a déclaré par courriel le porte-parole Gonzalo Nunez.

Chez Projet Montréal, le conseiller municipal Sterling Downey s'esclaffe en constatant l'oubli des poissons dans la liste adoptée par l'administration Coderre. « C'est une vraie joke. Le 311 est inondé d'appels de citoyens qui ne savent pas quoi faire avec ce règlement, qui a été écrit à la va-vite sur le coin d'une table et qui contient plein d'incohérences », dit-il.

Il cite en exemple une disposition qui oblige les propriétaires de pitbull à avoir une clôture de deux mètres de haut autour de leur terrain. « C'est absurde. Les règles d'urbanisme de la plupart des arrondissements ne permettent pas des clôtures de cette hauteur », illustre le conseiller.

L'opposition demande que le règlement soit carrément réécrit. « Il faut le faire en étudiant des modèles de règlements semblables qui ont fonctionné, comme à Calgary », suggère-t-il.

Extrait du règlement municipal interdisant les pitbulls

Il est interdit à toute personne de posséder, d'être en possession ou de garder en captivité à quelque fin que ce soit un animal ne faisant pas partie d'une des espèces suivantes : 

Le chien, à l'exception du chien interdit

Le chat

Le lapin

Le furet

Le rongeur domestique de moins de 1,5 kg

Le phalanger volant né en captivité

Le hérisson né en captivité, à l'exception de celui du genre Erinaceus

Les oiseaux nés en captivité, à l'exception du canard, de l'oie, du canaroie, du cygne, du kamichi et autre ansériforme, de la poule, de la pintade, de la dinde, du faisan, du tétra et autre gallinacé, de l'autruche, du nandou, du kiwi, de l'émeu, du casoar, des oiseaux ratites et autre struthioniforme.

Les reptiles nés en captivité, à l'exception des serpents dont la longueur, à l'âge adulte, atteint plus de 3 mètres, des serpents venimeux, des lézards dont la longueur, à l'âge adulte, atteint plus de 2 mètres, des lézards venimeux, des tortues marines, des tortues de la famille des Trionychidés et des alligators, crocodiles, gavials et autres crocodiliens.

Le crapaud d'Amérique (Bufo americanus), la grenouille des bois (Rana sylvatica), la grenouille du Nord (Rana septentrionalis), la grenouille léopard (Rana pipiens), la grenouille verte (Rana clamitans), le necture tacheté (Necturus maculosus), le ouaouaron (Rana catesbeiana), le triton vert (Notophthalmus viridescens) et tous les amphibiens exotiques, à l'exception des amphibiens venimeux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer