Exclusif

Un boni de 100 000 $ pour avoir terminé les travaux en avance

À l'été 2015, Les Entreprises Michaudville avaient remporté... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

À l'été 2015, Les Entreprises Michaudville avaient remporté l'appel d'offres pour refaire la rue Saint-Denis, de Duluth à Marie-Anne.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La carotte fonctionne-t-elle mieux que le bâton ? Le tout premier chantier à prévoir un boni si les travaux se terminent en avance sera achevé un mois plus tôt que prévu. La rue Saint-Denis doit en effet rouvrir à la circulation dès lundi, ce qui pourrait permettre à l'entrepreneur d'empocher jusqu'à 100 000 $ de plus pour sa rapidité d'exécution.

« Un chantier exemplaire »

À l'été 2015, Les Entreprises Michaudville avaient remporté l'appel d'offres pour refaire la rue Saint-Denis, de Duluth à Marie-Anne. Le contrat de 16,2 millions prévoyait que les travaux devaient prendre fin au 1er novembre 2016. Le chantier sera finalement terminé bien avant puisque l'entrepreneur prévoit finir lundi le pavage de la chaussée, mettant un terme à un an de travaux. « Les voies vont être rouvertes, le stationnement va être de nouveau disponible, ça redevient une artère de transit ouverte pour les affaires », se réjouit Lionel Perez, élu responsable des infrastructures. Les chantiers se terminant avec autant d'avance étant rares, Montréal compte souligner l'événement lundi soir. « Quand on a annoncé le chantier Saint-Denis, on a dit qu'on voulait que ce soit un chantier exemplaire : on peut dire mission accomplie », ajoute M. Perez.

Boni à la rapidité

Craignant l'impact de ce chantier majeur sur cette importante artère commerciale, Montréal avait multiplié les mesures d'atténuation avant d'aller de l'avant. Imposant parfois des pénalités aux entrepreneurs dont les chantiers prennent du retard, la métropole avait décidé pour la première fois de prévoir des bonis si les travaux étaient terminés d'avance. Le contrat des Entreprises Michaudville prévoit en effet une somme de 3500 $ par jour d'avance, jusqu'à un maximum de 100 000 $. Le décompte final n'a pas été réalisé, mais un calcul rapide permet de supposer que le boni risque de s'approcher du plafond. « C'est certain que [le boni] a contribué à la rapidité des travaux », estime Lionel Perez.

Devra-t-on recommencer ?

La question qui tue : maintenant que les travaux sont terminés, Montréal devra-t-il rouvrir la rue pour en faire d'autres ? Plusieurs commerçants ont toujours en tête l'échec de la réfection du boulevard Saint-Laurent survenu il y a quelques années alors que la Ville avait dû rouvrir la rue après avoir oublié certains travaux souterrains. « Ce qui est arrivé sur le boulevard Saint-Laurent, c'est terminé », assure maintenant Lionel Perez. L'élu dit que le bureau de coordination mis en place depuis a porté ses fruits. Évidemment, on n'exclut pas un bris imprévu, mais Lionel Perez est catégorique : « On ne retournera pas sur Saint-Denis à cause de problèmes de coordination. »

Place à la relance

L'association des commerçants de la rue Saint-Denis s'est dite « agréablement surprise » par la fin rapide des travaux. Et surtout, très soulagée. « On veut retrouver notre rue, nos trottoirs. On veut respirer, revenir à une situation normale. Parfois, le mois d'octobre est beau, alors si on peut récupérer un mois de simili-été, ce serait parfait », a réagi Caroline Tessier, directrice générale de la Société de développement commercial (SDC) Pignons rue Saint-Denis. L'heure est maintenant à la relance, dit-elle. L'association dit avoir entrepris ses démarches pour attirer de nouveaux commerçants, un défi de taille avec les difficultés que connaît le secteur du commerce de détail. La Ville de Montréal prévoit donner un coup de pouce en aidant financièrement la rénovation des locaux. « On a adopté un programme de subventions qui va permettre une relance économique de la rue », a indiqué Lionel Perez.

Pluie de mesures

Au-delà des bonis, Montréal avait prévu plusieurs mesures pour atténuer les impacts du chantier. L'échéancier global avait été considérablement réduit. Au départ, Montréal avait prévu faire ce chantier sur deux ans, mais devant les craintes des commerçants, il a été décidé d'accélérer le tout pour terminer en un an. Pour inciter les piétons à continuer de déambuler sur Saint-Denis, une longue terrasse avait été aménagée sur la rue. Le contrat prévoyait aussi une clause propreté imposant un nettoyage quotidien du chantier. L'entrepreneur a de plus été autorisé à travailler de plus longues heures. Pour réduire l'impact sur la circulation, un système intelligent de gestion de la circulation indiquait aux automobilistes combien de temps durait la traversée du chantier.

La terrasse rouge recyclée

La terrasse rouge aménagée durant les travaux sera démantelée et le bois qui la composait sera recyclé. Montréal a évalué la possibilité de la conserver pour l'utiliser ailleurs, mais les difficultés liées à son entreposage imposent son démantèlement définitif. La SDC s'est montrée intéressée à récupérer le mobilier urbain mis en place, comme les hamacs, les bacs à fleurs et les tables de pique-nique. On compte aussi récupérer l'immense banderole qui surplombait la rue Saint-Denis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer