Coderre demande à ce que Montréal soit exempté de l'Autorité des marchés publics

Denis Coderre... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Denis Coderre

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Estimant que les contrats de Montréal sont suffisamment scrutés par le Bureau de l'inspecteur général (BIG), le maire Denis Coderre demande à ce que la métropole soit exemptée de l'Autorité des marchés publics que Québec souhaite mettre en place.

Le ministre Carlos Laetao a déposé en juin le projet de Loi 108, qui prévoit la création d'une nouvelle entité dont le mandat sera de veiller sur les contrats publics. Alors que l'étude de cette nouvelle législation débute cette semaine à Québec, le maire invite le gouvernement à avoir «le réflexe Montréal» et à reconnaître le rôle déjà joué par le BIG.

«Est-ce qu'on va dire après le travail de l'inspecteur général qu'on doit recommencer à zéro, qu'on doit passer par l'Autorité des marchés publics? Ça n'a pas de bon sens. Étant donné qu'on a déjà une façon de faire, dans la Loi, on a juste à avoir le réflexe Montréal et dire qu'il y a déjà l'Inspecteur général», plaide Denis Coderre.

Si le projet de Loi doit toucher Montréal, ce doit être pour renforcer les pouvoirs du BIG, a-t-il ajouté.

Le maire estime que le BIG, dirigé depuis deux ans par Me Denis Gallant, a démontré son indépendance et sa transparence. Celui-ci doit se rapporter au conseil municipal et à une commission d'élus. De plus, ses pouvoirs balisés par une loi.

Le maire a fait cette sortie dans le cadre du symposium organisé par le BIG.

Denis Coderre a plaidé devant la centaine de personnes réunies pour que d'autres suivent l'exemple de la métropole, en se dotant d'un inspecteur général pour veiller sur leurs contrats. «C'est un modèle qu'on n'a pas le choix d'adopter. Les villes du Québec et du Canada devront le faire. C'est la chose à faire pour l'attribution des contrats.»

Dans sa conférence d'ouverture, Me Gallant a d'ailleurs souligné que des entreprises qui ont cessé de soumissionner à Montréal après avoir été épinglés se sont tournées dans d'autres villes en périphérie de la métropole. «Ils sont rendus chez vous, alors faites de quoi», a-t-il plaidé.

Plusieurs villes québécoises sont d'ailleurs représentées au Symposium, comme Laval, Longueuil, Terrebonne, Sherbrooke, Lévis, Gatineau et Boucherville. La vérificatrice générale de Toronto est aussi présente. Divers corps policiers assistent aussi à la rencontre, dont la GRC, la SQ, le SPVM et l'UPAC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer