Exclusif

L'«éclaireur» de Denis Coderre doit 11 000$ à la Ville

Le conseiller Jean-François Thibault, chargé d'organiser les déplacements du... (PHOTO TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK DE JEAN-FRANÇOIS THIBAULT)

Agrandir

Le conseiller Jean-François Thibault, chargé d'organiser les déplacements du maire Coderre, a reçu 36 constats d'infraction en deux ans, entre 2013 et 2015, pour un total d'un peu plus de 2000 $ d'amende.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK DE JEAN-FRANÇOIS THIBAULT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le collaborateur du maire Coderre chargé d'organiser ses déplacements est loin d'être un modèle de respect de la réglementation municipale: il doit plus de 11 000 $ à la Ville de Montréal pour avoir accumulé puis négligé de payer des dizaines de constats d'infraction, a appris La Presse.

Le conseiller Jean-François Thibault s'est fait pincer à 36 reprises en deux ans, entre 2013 et 2015, pour un total d'un peu plus de 2000$ d'amende. Mais ce qu'il qualifie lui-même de «procrastination» a fait gonfler sa dette: elle se situe maintenant à plus de 11 000$, en raison des intérêts galopants.

M. Thibault est officiellement conseiller politique de Denis Coderre, mais son rôle consiste plutôt à faire l'«éclaireur» logistique du maire avant ses déplacements, selon les informations recueillies auprès du cabinet.

Les infractions reprochées à l'homme de 62 ans ont essentiellement trait au stationnement : zone interdite, proximité d'une borne-fontaine ou parcomètre échu, par exemple. M. Thibault a aussi reçu des amendes pour des phares obstrués, pour avoir omis de payer son immatriculation et pour avoir omis de porter sa ceinture de sécurité.

CONTRADICTIONS

En entrevue téléphonique, il y a 10 jours, Jean-François Thibault a répété à plusieurs reprises qu'il avait reçu ces constats d'infraction «avant» d'arriver au cabinet du maire. Les documents récemment obtenus par La Presse auprès de la cour municipale de Montréal montrent pourtant que la majorité d'entre eux datent d'après janvier 2014, moment de son entrée à l'hôtel de ville.

M. Thibault n'a pas rappelé La Presse cette semaine.

«On va prendre» une entente «pour régler ça», avait indiqué M. Thibault il y a 10 jours, en évoquant le service de perception des amendes de Montréal.

«J'ai une rencontre qui est cédulée avec eux autres pour voir comment on va payer ça, échelonné sur combien de temps.»

Le conseiller Jean-François Thibault

M. Thibault a ajouté que  «ce [n'était] pas la première fois que ça [lui arrivait], des choses comme ça» : «À l'âge que j'ai, j'en ai commis plusieurs autres.»

Sur les 36 constats reçus entre 2013 et 2015 qui demeurent impayés, certains se succèdent de près: le 16 mai 2014, il en a obtenu un en matinée et un autre en après-midi, pour s'être garé illégalement tout près de l'hôtel de ville. La série se conclut avec un remorquage, pour lequel il doit toujours 198 $.

« AUCUN PASSE-DROIT »

Au cabinet de Denis Coderre, on ne commente pas le fond de l'affaire.

«M. Thibault n'aura aucun passe-droit », a simplement indiqué Marc-André Gosselin, responsable des communications du maire. Le porte-parole a ajouté que M. Thibault ne jouait aucun rôle dans les relations entre le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et l'Hôtel de Ville.

L'«éclaireur» du maire s'est débarrassé de sa voiture et accomplit maintenant son travail en transports en commun, a ajouté Marc-André Gosselin.

- Avec la collaboration de Daniel Renaud, La Presse

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer