Le RTAM convoque les chauffeurs de taxi à une réunion d'urgence

Le RTAM-Métallos, qui représente des milliers de travailleurs de l'industrie du... (Photo Ryan Remiorz, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo Ryan Remiorz, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphane Blais
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Le RTAM-Métallos, qui représente des milliers de travailleurs de l'industrie du taxi, convoque tous les chauffeurs de taxi et de limousine à une assemblée extraordinaire, dimanche après-midi, à Montréal.

Les chauffeurs, dont plusieurs considèrent l'entente entre Uber et le gouvernement provincial comme une trahison, discuteront des moyens de pression, mais aussi des recours juridiques.

Benoît Jugand, le porte-parole du Regroupement des travailleurs indépendants Métallos (RTAM), a affirmé à La Presse canadienne que toutes les avenues étaient sur la table.

Certains de ses membres parlent d'injonctions, de recours collectifs, de grève, ou encore de mouvements de perturbation.

Il a ajouté que le RTAM communiquera son plan d'action à la population après la réunion.

« On veut faire savoir au gouvernement qu'il n'a pas respecté son entente de ne pas créer un système à deux vitesses», a souligné Benoît Jugand.

De son côté, le Comité provincial de concertation et de développement de l'industrie du taxi (CPCDIT) prévoit une semaine mouvementée dans les rues de Montréal.

«Il y a une grande mobilisation qui va se faire la semaine prochaine, a mis en garde George Tannous, le président du CPCDIT.  Peut-être que Montréal va être bloquée ?»

M. Tannous a aussi dit que pour l'instant, même si aucune organisation syndicale ne s'est encore prononcée en faveur d'une grève, cette option demeure bien réelle. «Il y a beaucoup de chauffeurs qui sont mécontents et qui veulent faire la grève.»

Les chauffeurs dénoncent vivement le projet-pilote convenu par la province avec le transporteur Uber, rendu public vendredi par le ministère des Transports.

La porte-parole péquiste en matière de transport, Martine Ouellet, qui estime que l'entente crée deux catégories de chauffeurs de taxi, dit comprendre la colère des chauffeurs.

Questionnée à savoir si les menaces de perturbations des chauffeurs sont justifiées, elle répond que le gouvernement libéral est responsable de la situation:

«Ils jouent avec le feu et ils le savent très bien, Laurent Lessard et Philippe Couillard sont responsables de ce qui est en train de se faire actuellement.»

Le gouvernement a notamment octroyé l'équivalent de 300 permis de taxi aux chauffeurs de la multinationale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer