Des ossements du XIXe siècle sous le boulevard René-Lévesque

André Burroughs, archéologue à l'unité environnement d'Hydro-Québec, devant... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

André Burroughs, archéologue à l'unité environnement d'Hydro-Québec, devant la fosse creusée sous le boulevard René-Lévesque, entre Jeanne-Mance et Saint-Urbain, où ont été trouvés les ossements d'une quarantaine de personnes inhumées au début du XIXe siècle.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les ossements d'une quarantaine de personnes inhumées au début du XIXsiècle ont été découverts, la semaine dernière, au centre-ville de Montréal lors de travaux, vestiges d'un cimetière protestant abandonné il y a plus de 160 ans.

Seulement deux sépultures complètes ont été découvertes, mais... (Photo fournie par Hydro-Québec) - image 1.0

Agrandir

Seulement deux sépultures complètes ont été découvertes, mais de nombreux ossements ont aussi été trouvés pêle-mêle.

Photo fournie par Hydro-Québec

Dans le cadre de travaux pour creuser une nouvelle ligne d'alimentation électrique sous le boulevard René-Lévesque, Hydro-Québec a chargé une firme d'archéologues de vérifier si des artefacts d'intérêt pouvaient se trouver dans le chantier. Cette précaution n'a pas été faite en vain puisqu'on a rapidement trouvé de nombreux ossements.

La zone des travaux, entre Jeanne-Mance et Saint-Urbain, soit pratiquement en face du siège social d'Hydro-Québec, se trouve en partie sur un ancien cimetière protestant. Celui-ci a accueilli des sépultures de 1799 à 1852.

La Ville de Montréal a racheté le site en 1874 pour en faire un espace vert, le square Dufferin. Celui-ci a toutefois disparu à son tour pour faire place au début des années 80 au Complexe Guy-Faveau. La majorité des dépouilles avaient été exhumées à la fin du XIXe siècle pour être déplacées dans un autre cimetière, sur le mont Royal, mais des dépouilles ont été oubliées sur place.

À la suite de la découverte de fosses la semaine dernière, les travaux ont été suspendus pendant une semaine, le temps de permettre aux archéologues d'exhumer les dépouilles de façon convenable. Fait particulier, cette découverte est survenue en plein Mois de l'archéologie, qui se déroule tous les mois d'août au Québec.

Certains restes se trouvaient à 40 cm à peine de la surface de la rue. « On dit souvent qu'on repose six pieds sous terre, mais ce n'est pas toujours vrai », note André Burroughs, archéologue à l'unité environnement d'Hydro-Québec.

Seulement deux sépultures complètes ont été découvertes, mais de nombreux ossements ont aussi été trouvés pêle-mêle. On évalue que ceux-ci auraient appartenu à une quarantaine de personnes différentes. Il pourrait s'agir de fosses communes ou d'ossements mis de côté lors de la transformation du cimetière en parc, à la fin du XIXe siècle.

« Ça cause beaucoup d'émoi. Quand on trouve un bout de vaisselle, des bouteilles, des pipes à tabac, des choses qui faisaient partie de la vie quotidienne, c'est une chose. Mais quand on tombe sur une sépulture, c'est un individu avec lequel on peut établir des liens. »

- André Burroughs, archéologue d'Hydro-Québec

« L'année 1852, même 1799, ce n'est pas si loin que cela. Il suffit qu'on remonte de cinq ou six générations et on va retrouver un parent. Il y a quelqu'un quelque part qui a un lien de parenté avec les personnes retrouvées », poursuit M. Burroughs.

Aucun indice permettant de savoir à qui appartiennent ces dépouilles n'a été découvert pour le moment. Des analyses seront effectuées pour déterminer l'âge, le sexe et la stature des individus dont les restes ont été trouvés. Mais on ne prévoit pas mener des tests d'ADN pour tenter de trouver des descendants, ce qui pourrait s'avérer trop fastidieux.

On sait toutefois que le cimetière protestant servait à enterrer tant des militaires que des civils anglophones de confession protestante. C'est à cet endroit qu'a été inhumé l'homme d'affaires James McGill, fondateur de l'Université McGill. À la fermeture du cimetière, ses restes ont été déplacés en 1875 dans un monument situé en face du pavillon des arts de l'établissement, où ils se trouvent toujours.

Sans être fréquente, la découverte de sépultures dans le sol de Montréal n'est pas rare. Lors des travaux pour la réfection de la place d'Armes et du square Dorchester, les ossements de 162 Montréalais avaient été découverts, vestiges d'un ancien cimetière où des dizaines de milliers de personnes avaient été inhumées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer