Black Lives Matter s'exporte à Montréal

Des centaines de personnes se sont rassemblées le... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Des centaines de personnes se sont rassemblées le 13 juillet à Montréal pour dénoncer la violence policière envers les Noirs et souligner leur solidarité avec les communautés afro-américaines.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Black Lives Matter. La vie des Noirs compte. Créé en réaction aux multiples meurtres de jeunes Noirs par des policiers américains, ce mouvement citoyen est en train de s'exporter au-delà des États-Unis. Ces dernières semaines, des manifestations ont eu lieu à Londres, à Paris et à Toronto pour protester contre le profilage racial et la violence policière.

Le mouvement s'installe maintenant à Montréal, où une manif a eu lieu jeudi pour dénoncer l'arrestation fatale d'Abdirahman Abdi à Ottawa. Ça barde chez l'Oncle Sam? Ce n'est pas rose ici non plus, affirment les militants impliqués. Portrait en cinq temps.

Qui sont-ils?

Black Lives Matter (BLM) n'a pas officiellement de section montréalaise. Mais le collectif Montréal Noir s'est imposé comme la figure de proue de ce mouvement au Québec. Ce regroupement citoyen, qui compte une dizaine de membres organisateurs, est notamment à l'origine de la manifestation contre la brutalité policière, qui a réuni une centaine de personnes jeudi dernier au centre-ville, pour protester contre la mort d'Abdirahman Abdi, Somalien de 37 ans tué trois jours plus tôt à Ottawa après une arrestation dans des circonstances qui ont suscité la controverse. 

Montréal Noir a été officiellement mis sur pied début avril, après la mort de Jean-Pierre Bony, ce membre de la communauté haïtienne qui a succombé à ses blessures après avoir été atteint d'un projectile en plastique tiré par un policier. 

«Beaucoup pensent que Black Lives Matter est un phénomène américain. Mais nous, on veut conscientiser les gens sur ce qui se passe ici», résume le documentariste et militant Will Prosper, l'un des porte-parole de Montréal Noir. Le collectif est né de la cuisse de Montréal-Nord Républik, organisme créé en 2008, dans la foulée de la mort du jeune Fredy Villanueva, à la suite d'une intervention policière. 

À Montréal, la nouvelle génération du militantisme noir est aussi représentée par des organismes comme Desta, One Full Circle, Third Eye, la Maison d'Haïti, le Mois de l'Histoire des Noirs et le Forum économique international des Noirs, qui poursuivent le travail entamé il y a 40 ans par la Ligue des Noirs du Québec ou le Black Theatre Workshop.

Que demandent-ils?

Par-delà sa mission de sensibilisation, Montréal Noir milite activement pour la création d'une commission sur le racisme systémique, un problème qui touche le Québec comme le Canada. Une telle initiative, si elle se concrétise, permettrait de s'attaquer de front au problème du profilage racial et des pratiques abusives de la police. Une pétition, qui a recueilli plus de 2000 signatures jusqu'ici, a été mise en ligne en mai dernier.

Parmi ses autres revendications, Montréal Noir demande que la police distribue des «tickets d'interpellation» après ses contrôles d'identité, question de repérer les agents les plus «zélés» et de favoriser une transparence accrue au sein du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui, selon M. Prosper, «n'a jamais manifesté l'intention» de dévoiler ses chiffres sur le profilage racial. 

Le collectif demande enfin que le SPVM publie le nom du policier qui a tiré sur Jean-Pierre Bony et conteste le fait que des agents ou d'anciens agents de police fassent partie du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) chargé d'enquêter sur les bavures policières. 

Que disent les chiffres?

En 10 ans de militantisme au sein de la communauté noire, Will Prosper n'a jamais senti autant d'intérêt pour le problème du profilage racial. «Je ne vais pas nier que la situation aux États-Unis a contribué à sensibiliser les gens ici», dit-il. Mais il y a encore du pain sur la planche, dit-il. Car si la situation est tendue chez l'Oncle Sam, elle est loin d'être rose au Canada et au Québec. 

Une étude du CREMIS (Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales) datant de 2010 indique entre autres que «les jeunes Noirs ont deux fois plus de chances de se faire arrêter et poursuivre en justice sur l'île de Montréal que les jeunes Blancs». Un rapport du SPVM qui a fait l'objet d'une fuite la même année affirme de son côté que dans les «quartiers sensibles du nord de la métropole», 40% des jeunes Noirs avaient été soumis à des contrôles d'identité, contre 6 à 7% des jeunes Blancs (2006-2007). Le rapport Sapers, publié en 2013 sur le site du gouvernement fédéral, révèle quant à lui que si les Noirs ne représentent que 2,9% de la population canadienne, leur nombre avait augmenté de 80% dans les prisons depuis 2003, des chiffres qui s'expliquent en partie par le racisme systémique qui sévit au pays, notamment dans le milieu de l'emploi. 

«Au Québec, un Noir avec un diplôme universitaire de deuxième cycle gagne en moyenne 28 000 $ de moins qu'un Blanc avec le diplôme», rappelle Will Prosper. 

Montréal, Toronto, même combat?

À Toronto, la colère noire gronde encore plus. Le mouvement Black Lives Matter Toronto est devenu si influent que la première ministre ontarienne Kathleen Wynne a accepté en février de créer un Bureau de l'antiracisme (Anti-Racism Directorate) qui s'attaquera de front aux problèmes du racisme systémique et du profilage racial en Ontario. Rappelons que deux Noirs ont été tués par la police torontoise en 2014 et 2015, des cas qui ont fait beaucoup de bruit et qui ont haussé le niveau de tension dans la Ville Reine. Une première rencontre, apparemment houleuse, a eu lieu il y a deux semaines entre les militants et Mme Wynne, qui était flanquée du maire de Toronto John Tory. Entre autres coups d'éclat, BLM Toronto a récemment manifesté au défilé de la Fierté gaie dans la Ville Reine, exigeant que les forces policières soient exclues de l'événement l'an prochain, revendication qui a vivement «préoccupé» le maire Tory. 

«La question [du racisme systémique] fait partie du débat public à Toronto depuis longtemps, résume Robyn Mayard, militante du collectif Montréal Noir, pour expliquer l'impact politique du mouvement en Ontario. À Montréal, au contraire, nos dirigeants ne remettent pas en question le statu quo.» 

À noter que la frange canadienne du mouvement Black Lives Matter est désormais représentée à Vancouver, Edmonton, Ottawa, Winnipeg et Halifax. La population noire au Canada se situe autour des 3%.

Black Lives Matter, c'est quoi?

Black Lives Matter, le slogan, est né aux États-Unis en 2013. Mais le mouvement, lui, ne cesse de prendre de l'ampleur depuis la mort de Michael Brown, jeune Afro-Américain tué par la police à Ferguson, dans le Missouri, en août 2014. Une quinzaine de jeunes Noirs ont été abattus par la police depuis deux ans, confirmant l'importance de ce mouvement citoyen dans la société américaine, où la question du profilage racial et de la brutalité policière est devenue un enjeu politique. Il existerait environ 25 sections de Black Lives Matter aux États-Unis, au Canada et au Ghana.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer