L'Institut économique défend l'embourgeoisement d'Hochelaga-Maisonneuve

La boutique de vêtements pour Electrik Kidz, dans... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La boutique de vêtements pour Electrik Kidz, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, a été recouverte de peinture bleue en février par des personnes disant vouloir dénoncer l'embourgeoisement du secteur.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les militants qui vandalisent les commerces branchés d'Hochelaga-Maisonneuve devraient plutôt les fréquenter et faire leur la transformation de leur quartier, selon l'Institut économique de Montréal (IEDM).

Le groupe de réflexion libéral vient de publier une note de recherche qui conclut que l'embourgeoisement « entraîne des résultats bénéfiques pour tout le monde - y compris les plus pauvres de la société ». La note analyse les informations contenues dans différentes publications scientifiques du monde de l'économie. 

En entrevue téléphonique, son coauteur Vincent Geloso assure que ce phénomène permet d'augmenter la qualité de vie et l'accessibilité aux services dans des quartiers qu'il qualifie d'« en déchéance ». 

« La gentrification ouvre l'opportunité pour des nouveaux commerces de venir s'établir », dit l'économiste. De plus, le fait d'augmenter la diversité sociale - avec l'arrivée de familles et de jeunes professionnels - permet à la « population très homogène » de ces quartiers d'élargir ses horizons, avec un impact économique à la clé, toujours selon M. Geloso.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer