Montréal: une patrouille animalière supplémentaire dès lundi

Tout propriétaire d'un chien qui laissera son compagnon... (REUTERS)

Agrandir

Tout propriétaire d'un chien qui laissera son compagnon à quatre pattes se promener librement pourra recevoir un constat d'infraction.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

À Montréal, les propriétaires de chiens auront tout avantage à marcher dans le droit chemin à compter de lundi.

À partir de ce moment, une patrouille supplémentaire fera son apparition dans la métropole québécoise pour avoir un oeil ouvert sur eux. Son objectif sera surtout de s'assurer que la réglementation relative au port de la laisse et au permis animalier est bel et bien respectée.

Tout propriétaire d'un chien qui laissera son compagnon à quatre pattes se promener librement pourra recevoir un constat d'infraction.

Des amendes pourront aussi être remises à ceux qui ne se seront pas procuré un permis animalier.

La vice-présidente du Comité exécutif de la Ville de Montréal, Anie Samson, estime qu'il est particulièrement nécessaire de serrer la vis aux gens qui refusent de se procurer des médailles pour leurs bêtes.

Elle soutient qu'il y a entre 145 000 et 150 000 chiens dans la métropole.

Or un peu moins de 14 pour cent d'entre eux ont des médailles attestant qu'ils ont été dûment enregistrés et ce, même si c'est obligatoire.

Selon Mme Samson, c'est une véritable aberration.

«Je pense que si vous aimez votre animal, la première chose à faire c'est de lui donner son permis pour qu'on puisse le retrouver si jamais vous le perdez», souligne-t-elle.

Elle précise qu'il ne s'agit pas d'une dépense exorbitante.

«D'un arrondissement à l'autre, ça coûte entre 25 et 50 $. (Par contre), se faire prendre sans permis animalier entraîne une amende de 250 $.»

Anie Samson, qui est aussi responsable de la sécurité publique et des services aux citoyens, sert un petit rappel aux propriétaires de chiens.

«Les gens disent souvent "avoir un animal c'est un droit". Or ce n'est pas le cas. C'est un privilège et ça vient avec des responsabilités», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer