La Ville perd près du tiers de son eau potable

À Montréal, produire de l'eau potable revient à... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

À Montréal, produire de l'eau potable revient à environ 1 $ par jour par citoyen. En 2015, la facture globale s'est chiffrée à 630,5 millions.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré les investissements colossaux pour réparer ses vieilles conduites, Montréal continue à perdre près du tiers de son eau potable, révèle le plus récent bilan de la métropole. La quantité d'eau perdue est telle qu'on pourrait remplir 100 fois le Stade olympique. Ces résultats permettent de constater que la Ville est ainsi bien loin d'atteindre l'objectif fixé par le gouvernement de réduire à un maximum de 20 % le taux de fuites en 2017. Explications.

RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION D'EAU

Le gouvernement a adopté en 2011 une Stratégie québécoise d'économie de l'eau potable. Une réduction de la consommation avait été imposée après qu'on eut constaté que les villes québécoises produisaient 50 % plus d'eau par citoyen que celles de l'Ontario. Le bilan montréalais sur l'usage de l'eau potable en 2015 - présenté aux élus mercredi matin, mais rendu public seulement hier en fin d'après-midi - permet de constater que les fuites continuent à peser lourd sur le bilan de la métropole.

180 sur 600

Montréal évalue que les fuites lui ont fait perdre l'équivalent de 180 des 600 millions de litres d'eau potable produite par ses six usines. Si on arrivait à la récupérer, cette quantité d'eau permettrait de remplir 100 fois le Stade olympique. Stable depuis quelques années, cette perte de 30 % représente tout de même une amélioration par rapport au taux de 40 % enregistré en 2001. « Mais il y a peu de chances qu'on atteigne l'objectif de 20 % au cours de la prochaine année », se désole Sylvain Ouellet, conseiller de Projet Montréal.

RÉPARATION DES FUITES

2215

Le nombre de réparations effectuées sur le réseau est relativement stable au cours des dernières années. Montréal dit avoir scruté l'an dernier près de 86 % de ses conduites secondaires en 2015, ce qui lui a permis de découvrir près de 400 « fuites non apparentes ». Pour réduire les pertes d'eau, la Ville a installé en 2015 pas moins de 675 capteurs pour détecter automatiquement les fuites d'eau au centre-ville de Montréal. C'est ainsi 46 km de conduites qui sont surveillées jour et nuit. « Le système devrait permettre une détection des fuites en temps quasi réel et de transmettre quotidiennement les informations sur l'emplacement des fuites. Cela permettra une intervention plus rapide pour les réparations », indique la Ville.

REMPLACEMENT DES CONDUITES

49 km

Au-delà des réparations, la Ville de Montréal dit avoir remplacé un peu plus de 1 % de ses conduites en 2015, soit 49 km. Ce résultat est légèrement inférieur aux 53 km remplacés en 2014, mais nettement supérieurs à la moyenne affichée de 2006 à 2013. Depuis 10 ans, Montréal a remplacé 352 km de conduites, soit un peu moins de 10 % de son réseau.

BAISSE DE LA PRODUCTION

-26,5 %

Si Montréal est loin d'atteindre son objectif sur les fuites d'eau, reste que la métropole a toutefois déjà atteint le deuxième grand objectif de la Stratégie. Celle-ci invitait la Ville à réduire de 20 % la quantité d'eau potable produite par citoyen en 2017 par rapport à 2001. Déjà en 2015, Montréal avait réussi à réduire de plus du quart la production d'eau par citoyen. La métropole a produit l'an dernier 823 litres d'eau potable par jour par Montréalais, contre 1120 litres en 2001. « Les immenses efforts consentis par notre administration pour remettre à niveaux nos infrastructures de l'eau sont payants », s'est réjouie Chantal Rouleau, élue responsable du dossier au sien de l'administration Coderre.

CONSOMMATION DE POINTE PLUS FAIBLE

Comparer la production d'eau mois par mois permet de constater l'ampleur de la réduction de la consommation d'eau potable. En 2015, c'est en août que la demande a été la plus forte alors que les six usines ont produit 55 millions de mètres cubes d'eau. À l'inverse, novembre 2015 a affiché la consommation la plus faible, avec 45 millions de mètres cubes. Ces résultats sont nettement inférieurs à ceux observés il y a 15 ans. En août 2001, les Montréalais avaient consommé 74 millions de mètres cubes d'eau. Le mois le plus faible avait été février, avec 56 millions. Bref, le mois de 2015 ayant affiché la plus forte consommation a tout de même eu un résultat inférieur au mois ayant présenté la plus faible consommation en 2001.

FACTURE EN HAUSSE

360 $

La facture pour produire l'eau potable a légèrement augmenté en 2015. Montréal évalue qu'il en a coûté 360 $ par citoyen, contre 354 $ l'année précédente. Il en revient ainsi à environ 1 $ par jour par citoyen pour produire de l'eau potable. La facture globale s'est chiffrée à 630,5 millions. Ce montant inclut tous les coûts associés au remplacement des conduites, à la rémunération des employés et le fonctionnement des équipements, tant pour l'aqueduc que pour l'égout.

INSTALLATION DE COMPTEURS

7032

Montréal poursuit l'installation de compteurs d'eau dans les entreprises et institutions sur son territoire. À ce jour, un peu moins du tiers des 23 000 établissements ciblés par cette mesure ont été dotés de l'un de ces appareils. À ce rythme, la métropole évalue que toutes les entreprises et institutions seront pourvues d'un compteur en 2022.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer