Montréal réclame 1,5 million à deux cols bleus

Montréal évalue les dommages à son édifice à... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Montréal évalue les dommages à son édifice à 1 million, tandis que ceux à la garderie, qui a dû être relocalisée depuis, sont chiffrés à 500 000 $.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Montréal réclame 1,5 million à deux cols bleus qu'elle estime responsables d'une inondation ayant occasionné d'importants dommages dans l'un de ses bâtiments cet hiver.

Les deux employés ainsi visés, Wang Anna Desanges et Alain Bellemare, sont des agents de sécurité qui étaient responsables de la surveillance d'un édifice municipal, situé à un jet de pierre de l'hôtel de ville. La fin de semaine des 13 et 14 février, des tuyaux à l'intérieur de l'édifice ont gelé et brisé, entraînant une importante inondation dans le centre de la petite enfance occupant le sous-sol. 

La Ville de Montréal juge les deux cols bleus responsables du sinistre puisque ceux-ci auraient fait preuve de négligence dans le cadre de leur travail.

Selon l'enquête, une fenêtre s'est ouverte pour une raison inconnue le samedi 13 février, vers 17h22, laissant entrer l'air glacial tout au long de la fin de semaine. Si l'hiver a été plutôt clément cette année à Montréal, il faisait extrêmement froid lors de cette fin de semaine, le mercure étant descendu jusqu'à - 27 ºC.

Négligence?

L'agent de sécurité Wang Anna Desanges était en poste au moment où la fenêtre s'est ouverte. Une alarme intrusion s'est déclenchée pour signaler l'ouverture de la fenêtre, mais le col bleu «n'est pas retourné à la garderie afin de vérifier la cause du déclenchement de l'alarme et a, au contraire, désarmé le système et interrompu l'alarme à distance vers 17h23», selon un compte rendu de la Ville.

Son collègue, Alain Bellemare, qui était responsable du quart de nuit, n'aurait quant à lui fait aucune ronde dans la garderie le samedi ou le dimanche. En fait, la dernière visite des locaux du CPE avant le sinistre aurait été faite par Wang Anna Desanges une vingtaine de minutes avant que l'ouverture de la fenêtre ne soit signalée par l'alarme intrusion.

Le sinistre a été découvert seulement le lundi matin quand l'alarme incendie s'est déclenchée, à 4h23 du matin. À ce moment, on «a [...] constaté que la fenêtre était ouverte, que la tuyauterie avait gelé et que les locaux avaient été inondés par l'eau».

La Ville de Montréal, dont la responsabilité est engagée, blâme maintenant ses deux employés pour les dégâts. «L'un et l'autre de ces agents de sécurité ont omis d'effectuer leur travail avec prudence et diligence et selon les directives, causant des dommages des plus importants à l'édifice de la Ville», peut-on lire dans un grief déposé la semaine dernière contre le syndicat des cols bleus.

Montréal évalue les dommages à son édifice à 1 million, tandis que ceux à la garderie, qui a dû être relocalisée depuis, sont chiffrés à 500 000 $. La facture pourrait toutefois être plus élevée encore, la Ville se réservant le droit de la revoir à la hausse, puisque la somme réclamée dans le grief ne représente qu'une estimation préliminaire.

En plus de la réclamation de 1,5 million, un des deux cols bleus a été suspendu pour six mois, tandis que la sanction administrative contre le deuxième n'était pas connue au moment d'écrire ces lignes.

Fil des événements

Samedi 13 février

17 h 00 Un agent de sécurité fait une ronde dans les locaux du CPE situé au sous-sol de l'édifice.

17 h 22 Une alarme intrusion se déclenche pour signaler l'ouverture d'une fenêtre dans le local de la garderie.

17 h 23 L'agent de sécurité désactive l'alarme, mais ne se rend pas dans le CPE.

18 h 30 Un autre agent de sécurité prend la relève, mais ne fait aucune ronde dans la garderie. Le local ne sera d'ailleurs pas visité pendant le reste de la fin de semaine.

Lundi 15 février

4 h 23 L'alarme incendie se déclenche dans l'édifice : on découvre qu'une fenêtre de la garderie est ouverte, les tuyaux ont gelé et les locaux sont complètement inondés.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer