États financiers des partis municipaux: Équipe Coderre toujours lourdement endettée

Sortie lourdement endettée des élections de novembre 2013, Équipe... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Sortie lourdement endettée des élections de novembre 2013, Équipe Coderre affiche encore un bilan négatif de 417 000 $ (306 000 $ si on tient compte de ses immobilisations).

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À un an et demi des prochaines élections, le parti du maire Denis Coderre continue à traîner une lourde dette tandis que son principal rival, Projet Montréal, garnit ses coffres. La diffusion des états financiers des formations politiques de la métropole, hier, permet également de constater que les coffres d'Union Montréal, autrefois les plus garnis, seront bientôt à sec.

Denis Coderre, le maire de Montréal.... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Denis Coderre, le maire de Montréal.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Un cocktail de financement payant pour Équipe Coderre

Sortie lourdement endettée des élections de novembre 2013, Équipe Coderre affiche encore un bilan négatif de 417 000 $ (306 000 $ si on tient compte de ses immobilisations). Ses finances se sont toutefois améliorées en 2015 alors que le parti du maire a réussi à doubler ses dons récoltés. La quasi-totalité des 205 000 $ reçus en dons l'an dernier a été récoltée lors d'un seul cocktail de financement. En juin 2015, 635 personnes ont payé 300 $ chacune pour participer à un événement au Palais des congrès.

Projet Montréal se cherche un chef pour affronter... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Projet Montréal se cherche un chef pour affronter Denis Coderre, l'année prochaine. Luc Ferrandez ne compte pas briguer la mairie en 2017.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Projet Montréal garnit ses coffres

Après avoir réussi à effacer sa dette électorale en 2014, Projet Montréal a profité de 2015 pour garnir son trésor de guerre en vue des élections de 2017. À un an et demi du prochain scrutin, l'opposition officielle dans la métropole dispose ainsi de 172 000 $ dans ses coffres. Rappelons que le parti se cherche un chef pour affronter Denis Coderre, l'année prochaine. Luc Ferrandez, qui a pris la tête de Projet Montréal depuis le passage de Richard Bergeron dans le parti du maire, ne compte pas briguer la mairie de Montréal en 2017.

L'ancien parti de Mélanie Joly, Vrai changement pour... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

L'ancien parti de Mélanie Joly, Vrai changement pour Montréal, peine à attirer les dons.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Vrai changement peine à attirer les dons

Surprise de la dernière campagne électorale, l'ancien parti de Mélanie Joly, Vrai changement pour Montréal, peine aujourd'hui à attirer les dons. La formation a reçu à peine 4600 $ de 16 donateurs en 2015, soit moins que certains partis d'arrondissement. En comparaison, Équipe Barbe, dont les activités se limitent à LaSalle, a récolté près de 22 000 $ de 199 personnes, l'an dernier. L'essentiel des revenus de Vrai changement en 2015 provient des remboursements de la Ville de Montréal auxquels le parti a droit en raison de ses résultats électoraux obtenus en novembre 2013. À un an et demi du prochain scrutin, le parti dispose d'un peu moins de 13 000 $ dans ses coffres.

La formation du défunt Marcel Côté affiche toujours... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

La formation du défunt Marcel Côté affiche toujours une dette de plus d'un quart de million.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Avenir incertain pour Coalition Montréal

Bien qu'elle se soit améliorée en 2015, la santé financière de Coalition Montréal demeure très précaire. La formation du défunt Marcel Côté affiche toujours une dette de plus d'un quart de million (261 830 $). Le parti a récolté très peu de dons l'an dernier (11 500 $), mais la réduction de ses dépenses lui a permis d'éviter d'alourdir sa dette, comme ce fut le cas en 2014. La firme responsable d'auditer Coalition Montréal note d'ailleurs une « incertitude significative susceptible de jeter un doute sur la capacité du parti de poursuivre ses activités ».

Les coffres du parti de l'ex-maire Gérald Tremblay... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE) - image 6.0

Agrandir

Les coffres du parti de l'ex-maire Gérald Tremblay sont presque à sec.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Union Montréal vide ses coffres

Les coffres du parti de l'ex-maire Gérald Tremblay sont presque à sec. La formation, qui s'est battue pour demeurer en vie, n'a plus que 13 828 $ dans sa caisse, alors que ses états financiers affichaient un coussin de plus de 180 000 $ à la fin de 2014. Il semble que la formation ait versé 153 000 $ à un ou des fournisseurs, mais le détail de ces paiements n'apparaît pas dans les états financiers. Longtemps le plus riche à Montréal, le parti, qui ne compte plus de membres ni de candidats, n'a récolté aucun don et n'affiche aucun revenu pour l'année 2015. Sa seule dépense l'an dernier a été des frais de recherche et de secrétariat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer