Le COBP invite la société civile à être témoin de la brutalité policière

Les organisateurs de l'événement accusent le Service de... (Photo Olivier Jean, archives La Presse)

Agrandir

Les organisateurs de l'événement accusent le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) de se livrer à un profilage particulier contre cette manifestation parce qu'il s'oppose à toute critique à son endroit.

Photo Olivier Jean, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
Montréal

Le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) et d'autres organisations invitent la société civile et la population en général à la manifestation contre la brutalité policière, mardi soir, afin de démontrer que ce sont les policiers eux-mêmes qui sont à la source de la violence qui survient lors de l'événement annuel.

Pour y arriver, ils organisent un repas festif à 17 heures au Parc Lafontaine, d'où partira la manifestation à 20 heures, et demandent à ceux qui ne souhaitent pas être de la manifestation de simplement rester sur place et constater les faits à titre de témoins.

«Ce qui manque à cette manifestation, c'est que le monde devrait au moins prendre le temps de venir observer par eux-mêmes, elles-mêmes, comment se passe cette manifestation-là et voir comment le SPVM peut instaurer un climat de peur», a fait valoir Jennifer Bobette, une sympathisante du COBP.

Les organisateurs de l'événement accusent le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) de se livrer à un profilage particulier contre cette manifestation parce qu'il s'oppose à toute critique à son endroit.

«C'est une répression particulière parce que c'est une manifestation de gens qui critiquent la police qui se font réprimer par la police, donc, évidemment, se pose un problème de juge et partie de la part de la police», a fait valoir Francis Dupuis-Déri, un professeur de science politique à l'UQAM et analyste des interventions policières.

Les organisateurs reprochent au SPVM d'être intervenu de façon musclée et injustifiée avant même que les manifestants ne se soient mis en marche au cours des dernières années et disent s'attendre à la même démarche cette année.

«Depuis 2013, la manifestation contre la brutalité policière ne peut tout simplement pas commencer, a indiqué M. Dupuis-Déri. Elle n'a pas lieu. Les gens sont encerclés, arrêtés avant même le départ de la manifestation, ce qui est quand même incroyable pour un pays qui se prétend un état de droit.»

Or, ils font valoir que la première manifestation contre la brutalité policière en 1997 n'avait donné lieu à aucune arrestation et à une seule l'année suivante. Il y aurait eu une escalade au cours des années subséquentes pour en venir à des arrestations de masse qui sont devenues la norme dans les années 2000.

Les arrestations sont généralement effectuées en invoquant soit le Code de la sécurité routière ou le règlement P-6 de la Ville de Montréal qui oblige les manifestants à fournir l'itinéraire de leur manifestation.

Le Collectif dit avoir recensé une soixantaine de manifestations dont les organisateurs n'ont pas remis leur itinéraire et que les policiers ont toléré sans arrestation, ce qui démontre, selon ses porte-parole, qu'ils sont victimes de profilage.

«À chacune de mes participations (à la manifestation du COBP) depuis 2013, j'ai été arrêtée et j'ai reçu un constat d'infraction», a raconté Lynda Khelil, représentant l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) à la conférence de presse de lundi.

«Mon constat, c'était que c'était impossible de critiquer publiquement la police dans la rue», a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, l'utilisation du Code de la sécurité routière pour interpeller des manifestants a été déclarée inconstitutionnelle, alors que la plupart des infractions en vertu du règlement P-6 ont été abandonnées par les autorités municipales après que certaines d'entre elles eurent été invalidées en février 2015 par le juge Randall Richmond, de la Cour municipale.

Interrogés sur la possibilité de remettre un itinéraire afin de vérifier s'ils sont bel et bien victimes de profilage, les organisateurs ont dit croire que cette démarche ne changerait rien.

«Je pense que ça ne va pas donner grand-chose, a soutenu Jennifer Bobette. Je pense que le SPVM va continuer à appliquer du profilage politique à cette manifestation-là car il n'y a pas seulement des arrestations de masse le 15 mars; il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup d'arrestations ciblées avant, pendant et après la manifestation.»

Une autre intervenante, Émilie E. Joly, étudiante en droit et organisatrice communautaire, a fait valoir que ce n'était pas aux manifestants à montrer patte blanche.

«L'État a des responsabilités à assumer; entre autres respecter et assurer le droit fondamental à la liberté d'expression. (...) Nous sommes dans un état de droit où, clairement, c'est l'État qui est supposé faire cet effort-là», a-t-elle fait valoir.

«Et je pense que la manifestation contre la brutalité policière cherche aussi à dénoncer ce caractère arbitraire de l'application de ce droit-là», a-t-elle conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer