Arrêt de travail illégal des cols bleus

Les travailleurs manuels de la Ville ont été... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Les travailleurs manuels de la Ville ont été transportés en autobus scolaire de leur lieu de travail jusqu'au palais des congrès ce matin. Ils devraient être de retour au travail vers midi.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les cols bleus de Montréal ont répondu à l'appel de leur syndicat en grand nombre ce matin. La salle d'une capacité de 3000 personnes louée au Palais des congrès pour tenir une assemblée générale spéciale était comble, a constaté La Presse.

«On est crinqués, on est tannés, ils vont nous respecter, vous allez voir», a déclaré la présidente du syndicat des cols bleus, Chantal Racette lors de l'assemblée qui s'est déroulée dans une ambiance survoltée. «On vient démontrer aujourd'hui qu'on ne les laissera pas bafouer nos conditions de travail.»

Les travailleurs manuels de la Ville ont été transportés en autobus scolaire de leur lieu de travail jusqu'au Palais des congrès ce matin. La rencontre s'est terminée à 9h20. Les milliers de travailleurs sont ensuite remontés à bord des autobus pour regagner leur travail avant midi. Tout s'est déroulé dans le calme.

Les employés à l'horaire qui ont décidé de se rendre à l'assemblée sont en arrêt de travail illégal puisque la convention collective des cols bleus est en vigueur jusqu'en décembre 2017.

Le syndicat des cols bleus souhaite négocier avec la Ville afin de conclure un nouveau contrat de travail en 2016. Lors de l'assemblée, un projet de convention collective a été présenté aux membres. «Aujourd'hui, on est en train d'écrire une page d'histoire», a indiqué Mme Racette.

Le syndicat demande notamment de hausser le nombre de postes permanents de 4000 à 4800. Ils veulent aussi de meilleures mesures de conciliation travail-famille et une assurance invalidité pour tous les travailleurs.

Hier après-midi, la Commission des relations de travail (CRT) a rendu une décision qui sommait les cols bleus de donner une prestation de travail normale ce matin.

Dans sa décision rendue hier, le commissaire Pierre Cloutier avait par ailleurs ordonné  à la présidente Chantal Racette et à tous les membres du bureau du syndicat d'informer les membres de sa décision et de prendre les mesures nécessaires pour qu'ils fournissent cette prestation normale de travail.

Hier matin, la Ville de Montréal avait présenté une requête d'urgence à la CRT, craignant que les cols bleus ne se présentent pas au travail aujourd'hui.

Selon la Ville de Montréal, 3000 cols bleus étaient à l'horaire aujourd'hui.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer