Exclusif

Futur pont Champlain: sans péage, le trafic pourrait augmenter de 23%

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a l'intention... (PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA)

Agrandir

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a l'intention de tenir sa promesse de ne pas imposer de péage sur le nouveau pont Champlain, dont la construction est prévue d'ici la fin de 2018.

PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

L'abandon du péage sur le nouveau pont Champlain pourrait faire augmenter d'environ 23% le nombre de véhicules qui l'emprunteront quotidiennement pour traverser le fleuve Saint-Laurent entre Montréal et la Rive-Sud, selon un document ministériel d'Infrastructure Canada obtenu par La Presse.

Cette hausse du trafic sur le nouveau pont est si importante par rapport au scénario original, qui prévoyait un péage, qu'elle pourrait donner lieu à «des changements à la conception de certains ouvrages, à l'élargissement de routes et des bretelles d'entrées et de sorties, et à une augmentation possible des coûts d'entretien et de réfection» des nouvelles infrastructures prévues dans le contrat de réalisation signé en juin entre le gouvernement du Canada et le consortium privé Signature sur le Saint-Laurent (SSL).

«Même si le contrat prévoit un mécanisme de paiements additionnels à SSL advenant une augmentation du trafic lourd [camions] sur le pont - puisqu'une augmentation du nombre de camions induirait une détérioration exponentielle des chaussées -, il n'y a pas de clause permettant de compenser SSL en raison d'une circulation additionnelle des voitures et des motocyclettes», indique le document marqué «Confidentiel». «Des études additionnelles seront requises pour chiffrer de façon adéquate ces augmentations des débits de circulation et les coûts qui y sont associés.»

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a l'intention de tenir sa promesse de ne pas imposer de péage sur le nouveau pont Champlain, dont la construction est prévue d'ici la fin de 2018. La réouverture du contrat signé en juin dernier avec le consortium SSL, dont SNC-Lavalin est le partenaire principal, aura toutefois des conséquences importantes sur les finances du gouvernement qui comptait sur des revenus de péage estimés entre 3,2 et 3,7 milliards, sur 30 ans, et qui devra maintenant financer la construction et l'entretien de ce nouveau pont à même ses revenus propres.

Selon les informations obtenues, le gouvernement se donne entre 12 et 16 mois pour signer une nouvelle entente avec SSL et ficeler un plan de financement pour le nouveau pont Champlain, dont le coût global est estimé à 4,2 milliards.

Dans une déclaration envoyée à La Presse, hier, en fin de soirée, Infrastructure Canada affirme que «le coût du pont n'augmentera pas suite à l'engagement du gouvernement de ne pas imposer un péage. Nous allons rencontrer le groupe Signature sur le Saint-Laurent (SSL), notre partenaire privé responsable de construire le pont, afin de discuter des détails de la mise en oeuvre du pont sans péage».

Des «économies» de 301 millions

L'abandon du péage entraînera, paradoxalement, des «économies» de 301 millions sur le coût original du contrat. En effet, les coûts associés à l'infrastructure de péage prévue sur le nouveau pont Champlain font partie intégrante de l'entente de partenariat signée en juin.

Cette entente prévoyait des coûts de 42 millions pour l'acquisition et l'implantation de l'infrastructure de péage, 169 millions pour l'exploitation et l'entretien régulier de ce système, sur une période de 30 ans, et 89 millions pour sa mise à jour et sa réfection, pour toute la durée du contrat (NDLR: les montants ont été arrondis).

Les modifications à la portée du projet n'auraient donc pas d'incidences financières immédiates pour le gouvernement fédéral, selon le document obtenu. Par contre, précise-t-on, «si les négociations [avec SSL] ne sont pas couronnées de succès ou qu'il en résultait des coûts supérieurs aux économies anticipées de 301 millions, des demandes additionnelles pourraient être requises. Infrastructure Canada travaillera avec le Conseil du Trésor et le ministère des Finances du Canada pour ajuster le financement en conséquence».

Hausse du trafic

Le gouvernement fédéral s'attend ainsi à ce que l'enjeu de la circulation accrue, sur un pont sans péage, soit soulevé lors des négociations avec le consortium SSL. «Le dossier d'affaires pour ce projet estimait que les débits de circulation seraient approximativement 23% plus élevés dans un scénario exempt de péage», mentionne ainsi le document issu du ministère de l'Infrastructure et des Collectivités, responsable du nouveau pont Champlain.

Le pont Champlain actuel est utilisé par environ 59 millions de véhicules par année (soit plus de 160 000 véhicules par jour), selon les données de circulation de la société Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain incorporée, qui gère les infrastructures fédérales de transport de la grande région de Montréal.

Au cours du processus d'approvisionnement ayant mené à la signature du contrat de juin 2015, plusieurs documents d'Infrastructure Canada faisaient état d'estimations de trafic allant de «40 à 50 millions de véhicules par année», soit des débits de circulation beaucoup moins élevés que ceux du pont actuel.

Ces données tenaient compte d'un détournement probable d'une partie des usagers actuels vers les autres ponts de la Rive-Sud en raison du péage qui était prévu uniquement sur le nouveau pont Champlain.

Ce péage routier aurait rapporté au gouvernement du Canada, sur une période de 30 ans, plus de 100 millions par année, selon les données obtenues par La Presse. Ces données brutes permettent d'estimer entre 1,80$ et 2,25$ le tarif qu'Ottawa aurait exigé aux utilisateurs du nouveau pont Champlain. 

Ces montants doivent toutefois être considérés avec réserve, puisqu'ils supposent un tarif uniforme pour les automobiles et les camions, et sans modulation en périodes de pointe. La grille tarifaire envisagée sous l'ancien gouvernement conservateur n'a jamais été rendue publique.

Un SLR moins populaire?

L'absence de péage sur le nouveau pont Champlain pourrait diminuer l'attrait du train léger entre Montréal et la Rive-Sud projeté par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CPDQ), selon Infrastructure Canada.

Un document obtenu par La Presse, qui soulève plusieurs enjeux liés à l'abandon du péage, laisse entendre que la gratuité pourrait avoir des impacts sur ce projet annoncé en grande pompe, au début de 2015, par le gouvernement Couillard et la Caisse. «La CDPQ développe présentement un dossier d'affaires pour l'implantation possible d'un train léger sur le nouveau pont Champlain, selon le document. Il est envisageable qu'un pont sans péage résulte en un achalandage moins élevé pour les transports collectifs et qu'il puisse affecter le niveau du financement public requis pour assurer la viabilité financière du système de train léger.»

Joint par La Presse, un porte-parole de la CDPQ, Maxime Chagnon, a affirmé hier que les études sur le train léger du nouveau pont Champlain sont toujours en cours et qu'il serait «prématuré» de prédire les conséquences d'un abandon du péage sur la rentabilité de ce projet.

En attendant le nouveau pont

100
millions
Somme approximative investie en 2015 par la société fédérale Les Ponts Jacques Cartier et Champlain incorporée (PJCCI) pour sécuriser l'actuel pont Champlain, en fin de vie utile.
34
Nombre de treillis en acier installés à ce jour sous les poutres de rive du pont Champlain
1,4
million
Coût de fabrication et d'installation de chaque treillis 550 millions Somme totale qui aura été dépensée pour assurer la sécurité du pont Champlain actuel de 2009 à sa fermeture définitive, prévue à la fin de 2018.
43
Nombre de treillis que PJCCI prévoit installer sous 43 poutres, en 2016
15
Nombre des treillis prévus durant l'année 2017

Poëti se réjouit de la décision d'Ottawa

Le ministre des Transports, Robert Poëti, s'est réjoui hier de l'abandon par le gouvernement Trudeau du péage sur le futur pont Champlain.

«C'était clair, en ce qui me concerne, avec ce nouveau gouvernement, a-t-il dit. C'est une confirmation de ce qu'on savait déjà.» Le nouveau ministre fédéral de l'Infrastructure, Amarjeet Sohi, a indiqué au Journal de Montréal qu'il n'y aurait pas de péage sur le nouveau pont. Et ce, même si Ottawa devra verser une compensation au consortium dirigé par SNC-Lavalin.

L'imposition du péage sur l'infrastructure a été décriée par le gouvernement libéral et son prédécesseur péquiste, ainsi que par toutes les villes du Grand Montréal.

- Martin Croteau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer