• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Montréal 
  • > Eaux usées: la délégation du Québec à New York mobilisée pour limiter les dégâts 

Eaux usées: la délégation du Québec à New York mobilisée pour limiter les dégâts

Le gouvernement Couillard et l'administration Coderre ont subi... (PHOTO FRANCOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Le gouvernement Couillard et l'administration Coderre ont subi un barrage de critiques au Québec et au Canada pour avoir autorisé le versement de 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

PHOTO FRANCOIS ROY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le gouvernement Couillard a mobilisé la délégation du Québec à New York pour expliquer aux Américains sa position sur le déversement des eaux usées à Montréal.

La ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, a demandé à son équipe diplomatique d'intervenir afin de limiter les dégâts que l'opération controversée a causés à l'image du Québec.

« L'image du Québec à l'étranger va au-delà de ça, a précisé Mme St-Pierre. Mais vous avez raison : il y a un enjeu de communication. »

Le gouvernement Couillard et l'administration Coderre ont subi un barrage de critiques au Québec et au Canada pour avoir autorisé le versement de 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent. Mais la controverse a également eu des échos au-delà des frontières.

Aux États-Unis, l'Agence de protection de l'environnement (EPA) a qualifié l'opération de « mauvaise décision tant sur le plan environnemental que sur celui de la santé publique ». Pressé par des élus d'intervenir, l'organisme s'est dit impuissant à agir puisque le déversement n'aura pas d'impact sur les eaux américaines.

Québec martèle depuis des semaines que le déversement de 8 milliards de litres d'eaux usées n'est « pas souhaitable » à ses yeux. Le gouvernement dit s'être basé sur des recherches scientifiques avant d'autoriser l'administration Coderre à procéder.

Mme St-Pierre a réitéré cette position mercredi.

« Ce n'est pas quelque chose qui est idéal comme solution, mais c'est la seule solution qui a été trouvée », a-t-elle résumé.

Aux villes de réduire les rejets

En 2013, Québec a recensé plus de 45 500 débordements des instalations utilisées pour traiter les eaux usées dans la province. Mercredi, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, a affirmé que c'est aux villes - et non au gouvernement - de s'attaquer au problème.

« Les municipalités ont des responsabilités, a-t-il dit. Le jour où le ministre des Affaires municipales va leur dire quoi faire, les maires seront les premiers mécontents. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer