L'opposition craint que Montréal privatise la STM

Ce manque d'engagement pour le transport en commun... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Ce manque d'engagement pour le transport en commun par l'administration Coderre fait craindre à l'opposition que Montréal soit tenté de céder cette responsabilité au privé. «Il faut se poser la question de la privatisation de la STM. Il faut se demander si ce n'est pas ça son objectif», s'est inquiété Luc Ferrandez.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'année 2015 devait être celle du transport en commun, mais l'administration Coderre s'est avérée inférieure à celle de l'ex-maire Gérald Tremblay à ce chapitre, dénonce l'opposition à l'hôtel de ville. Projet Montréal craint que la métropole ne cherche à privatiser son transporteur.

L'opposition a publié ce matin un deuxième bulletin de mi-mandat pour l'administration Coderre, cette fois en axant sur le transport en commun. Encore une fois, Projet Montréal s'est montré très critique en accordant de faibles notes au maire.

Luc Ferrandez estime que Denis Coderre s'est «autopelure-de-bananisé» en décrétant 2015 comme l'année du transport en commun. Loin d'être une année modèle, le chef de l'opposition estime que «l'année a été absolument catastrophique. L'administration Coderre s'avère infiniment inférieure à l'administration Tremblay sur les enjeux du transport en commun.»

Projet Montréal déplore notamment que l'administration Coderre ait cessé de suivre le Plan de transport de 2008, un document «extrêmement intelligent» qui mettait la table jusqu'en 2020. «Montréal n'est pas dû pour un nouveau plan de transport, mais pour un nouveau maire», a lancé Luc Ferrandez.

Craintes de privatisation

Ce manque d'engagement pour le transport en commun par l'administration Coderre fait craindre à l'opposition que Montréal soit tenté de céder cette responsabilité au privé. «Il faut se poser la question de la privatisation de la STM. Il faut se demander si ce n'est pas ça son objectif», s'est inquiété Luc Ferrandez.

Le chef de l'opposition estime que faire passer la STM aux mains du privé serait catastrophique. «La privatisation, ça voudrait dire faire porter une plus grande partie du fardeau sur les usagers du transport en commun. La privatisation, ce serait éliminer les routes qui ne sont pas rentables, ce qui voudrait dire qu'il y aurait moins de transport en commun dans les quartiers plus pauvres. Ça veut dire que le développement serait toujours sujet à la rentabilité», a poursuivi Luc Ferrandez.

Pour les péages

Si le maire Coderre avait raison de se battre contre l'implantation d'un péage sur le pont Champlain, Montréal aurait tout intérêt à mettre des péages sur tous ses ponts, dit Projet Montréal. Si la position peut paraître paradoxale, elle ne l'est pas, assure Luc Ferrandez.

Mettre un péage sur un seul pont aurait eu un effet «catastrophique». Mais en déployant un tel système sur tous les ponts, les automobilistes seraient invités à payer pour leur utilisation réelle des axes routiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer