Une liaison sur le fleuve entre Pointe-aux-Trembles et le centre-ville?

Contrairement aux navettes existantes, qui servent principalement au... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Contrairement aux navettes existantes, qui servent principalement au tourisme et aux loisirs, les bateaux dont se doterait la STM seraient un véritable de mode de transport en commun.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après les autobus et les voitures de métro, la Société de transport de Montréal (STM) pourrait bientôt ajouter des bateaux à sa flotte de véhicules. Les routes étant de plus en plus congestionnées, la métropole envisage sérieusement de miser sur le fleuve Saint-Laurent pour permettre aux Montréalais d'éviter la circulation.

Depuis décembre, la STM mène une étude sur la possibilité d'implanter des navettes fluviales entre Pointe-aux-Trembles (PAT) et le centre-ville. Contrairement aux navettes existantes, qui servent principalement au tourisme et aux loisirs, ce service a l'ambition de devenir un véritable de mode de transport en commun pour les travailleurs et étudiants de l'est de l'île. La Ville de Montréal évalue d'ailleurs que ce projet «pourrait aider à diminuer le nombre de voitures entre Pointe-aux-Trembles et le centre-ville et ainsi diminuer les gaz à effet de serre».

Le projet est à ce point avancé que l'administration Coderre doit autoriser ce matin une dépense de 60 000$ afin de permettre à la STM d'engager une firme pour mener une étude de faisabilité. Celle-ci aurait pour mandat de chercher à répondre aux nombreuses questions soulevées par un tel projet. Combien coûterait un tel service? À quel rythme les navettes appareilleraient-elles? Faudrait-il construire des quais? Faudrait-il aménager des stationnements incitatifs? Combien de bateaux seraient-ils nécessaires? Combien de places ces embarcations devraient-elles offrir? Ces navettes devraient-elles transporter les vélos?

La STM prévoit également étudier les tarifs qu'elle pourrait facturer aux usagers pour assurer ce service. Le transporteur montréalais n'exploite aucune navette fluviale, les lignes aujourd'hui en service étant toutes gérées par le privé. «On vise le dépôt du rapport sur l'étude d'opportunité d'ici la fin de l'année», indique Isabelle Tremblay, porte-parole de la STM.

Pas farfelu

Un tel projet est loin d'être farfelu, assure Normand Noël, de Croisières Navark. L'entreprise, qui exploite déjà une navette fluviale entre PAT, Repentigny et Varennes, s'est inscrite au registre des lobbyistes depuis près d'un an pour convaincre la Ville de mettre sur pied un service de transport en commun sur le fleuve.

«Montréal est une île. Et en bateau, c'est une belle façon de se déplacer», dit Normand Noël. Celui-ci souligne que plusieurs villes, comme Vancouver, ont des services de navettes fluviales beaucoup plus importants que ceux de la métropole québécoise.

L'entreprise dit avoir déjà mené des tests sur l'efficacité d'une telle navette et dit avoir réussi à transporter ses passagers entre PAT et le centre-ville en une trentaine de minutes à peine. C'est moins que les 50 minutes nécessaires en autobus et les 40 en voiture... quand la circulation le permet.

«C'est un trajet assez simple: il n'y a aucun obstacle, il n'y a aucun danger [lié au] trafic. C'est plus rapide sur l'eau que par rail ou sur route», fait valoir M. Noël.

Pour limiter les coûts d'un tel projet, Croisières Navark propose de démarrer avec des bateaux de petite taille et d'utiliser les infrastructures existantes. L'entreprise estime que ses bateaux, qui peuvent accueillir de 50 à 80 personnes - «comme un autobus» -, feraient amplement l'affaire. L'entreprise propose également d'utiliser les quais existants près du parc Fort-de-Pointe-aux-Trembles et ceux du Vieux-Port, en face de l'hôtel de ville. Selon l'entreprise, la navette pourrait être en service de mars à décembre, les glaces étant trop importantes sur le fleuve en janvier et février.

Dans les avantages de miser sur une navette fluviale, la Ville de Montréal estime d'ailleurs que, contrairement à l'ajout d'une ligne de métro ou de tramway, «ce projet ne requiert aucune construction d'infrastructure lourde».

Paradoxalement, ce projet prend forme alors que l'Agence métropolitaine de transport a inauguré il y a moins d'un an la ligne de trains de banlieue de Mascouche, qui a coûté au moins 671 millions. Cette ligne permet aux résidants de Pointe-aux-Trembles de se rendre au centre-ville, à la gare Centrale, en 40 minutes. L'AMT avait déjà indiqué avoir eu des études par le passé sur des navettes fluviales pour relier Montréal à la Rive-Sud, mais ce scénario avait finalement été rejeté en raison des investissements nécessaires et des questions sur la sécurité des passagers.

- Avec Bruno Bisson

La STM en chiffres

1721
autobus
759
voitures de métro
0
bateau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer