Des fouilles archéologiques pour retrouver les ruines d'un couvent et d'une prison

Ces travaux ont été planifiés en amont du... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Ces travaux ont été planifiés en amont du réaménagement prévu à la place Vauquelin et des travaux d'étanchéisation des fondations de l'hôtel de ville (photo) et de l'édifice adjacent, qui abrite le Service des finances de la Ville.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Morgan Lowrie
La Presse Canadienne
Montréal

La Ville de Montréal espère que des fouilles archéologiques dévoileront certains secrets enfouis, tels des artéfacts d'un ancien couvent et d'une prison du XVIIIe siècle dont les ruines sont enfouies sous l'hôtel de ville.

Les autorités municipales ont lancé, mercredi, un appel d'offres de services professionnels pour la réalisation d'interventions archéologiques à la place Vauquelin, qui se trouve à côté de l'hôtel de ville.

Celle-ci s'élève sur un terrain qui a déjà été celui d'un couvent jésuite, confisqué par la Couronne britannique après la conquête de la Nouvelle-France en 1763, puis transformé en prison vers 1768.

Valérie De Gagné, porte-parole de la Ville, a précisé par courriel qu'à partir de cet automne, des archéologues creuseront le sol à la recherche de traces du couvent, dont la construction remonte à 1692. L'ensemble architectural comprenait une chapelle, une église, la résidence des jésuites, une cour et un potager.

Les archéologues tenteront également de retrouver des vestiges de la prison qui a été reconstruite sur le site en 1808, alors que les édifices reconvertis du couvent avaient été endommagés par le feu. À partir de 1837, le nouvel édifice a servi de caserne à l'armée, jusqu'à sa démolition en vue de permettre la construction de l'ancien palais de justice de Montréal, en 1850.

Ces travaux ont été planifiés en amont du réaménagement prévu à la place Vauquelin et des travaux d'étanchéisation des fondations de l'hôtel de ville et de l'édifice adjacent, qui abrite le Service des finances de la Ville.

«Les archéologues effectueront des relevés des vestiges archéologiques toujours en place et fouilleront les sols dans lesquels ils se trouvent, a expliqué Mme De Gagné. Ils pourront ainsi en apprendre davantage sur les activités qui se sont déroulées sur les lieux à travers le temps.»

Le directeur des politiques d'Héritage Montréal, Dinu Bumbaru, a fait valoir qu'une fouille fructueuse pourrait permettre aux chercheurs de localiser précisément les bâtiments du couvent, en plus de donner des indices les activités quotidiennes de ses habitants, dont les types de plants qu'ils faisaient pousser dans leur potager.

Valérie De Gagné a souligné qu'il était trop tôt pour deviner ce que les archéologues allaient découvrir ou encore pour savoir si certaines des ruines allaient être accessibles au public. À son avis, le contrat devrait être octroyé vers la fin septembre et les fouilles devraient débuter cet automne, puis se poursuivre le printemps prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer