Les pompiers veulent plus de feux de circulation prioritaires

Le SIM veut étendre les feux prioritaires à... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Le SIM veut étendre les feux prioritaires à d'autres artères.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alourdissement de la congestion routière. Multiplication des chantiers routiers. Omniprésence des cyclistes. Prolifération des dos d'âne. Les obstacles se multipliant sur la route des pompiers, le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) entend miser sur les feux de signalisation prioritaires pour ouvrir la voie à ses camions, un système qui a fait ses preuves depuis plus de 30 ans à Québec.

«On veut que nos véhicules puissent circuler sécuritairement et rapidement. Notre but, c'est d'arriver le plus vite possible auprès du citoyen dans le besoin», explique Sylvain Carrière, chef de division au SIM.

Projet-pilote

Le corps de pompiers vient de conclure avec succès un projet-pilote près de la caserne 42, dans Ahuntsic-Cartierville. Des feux dits «de préemption» ont été implantés sur les boulevards De Salaberry et de l'Acadie afin d'accélérer leur temps de réponse. Lorsque les camions activent leurs gyrophares, un signal est envoyé aux feux de signalisation pour que ceux-ci favorisent le passage des véhicules d'urgence.

Maintenant que son projet-pilote est terminé, le SIM veut étendre ces feux prioritaires à d'autres artères. Une mesure que les chauffeurs de camion voient d'un bon oeil. «Ça aiderait. Sur Saint-Laurent, par exemple, il y a deux voies et, avec tous les restaurants et les boutiques, il y a souvent des livraisons. Il faut souvent zigzaguer entre les véhicules. Ça pourrait aider à faire circuler le flot», dit Patrick, chauffeur d'un camion-échelle.

Autour des casernes

Les feux de préemption ne sont pas complètement nouveaux à Montréal puisque le SIM a déjà implanté de tels dispositifs à proximité de 15 casernes. Ceux-ci servent uniquement à faciliter la sortie des véhicules des garages et non à leur ouvrir la voie sur les artères congestionnées.

C'est le cas à la caserne 30, située à l'intersection du boulevard Saint-Laurent et de l'avenue Laurier. Le SIM a décidé d'y implanter des feux de préemption en raison du nombre élevé de véhicules circulant dans le secteur et de la présence d'une piste cyclable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer