Coderre défend le projet de la maison Alcan, Ferrandez veut le suspendre

«Montréal, métropole UNESCO de design, ne peut se... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

«Montréal, métropole UNESCO de design, ne peut se satisfaire des «Moi, j'aime» ou «Moi, j'aime pas» des uns et des autres pour statuer sur la qualité d'un projet de développement immobilier», affirme M. Coderre dans la missive qu'il cosigne avec le conseiller indépendant Richard Bergeron.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire Denis Coderre prend la plume pour défendre la construction d'une tour de 120 mètres au-dessus de la Maison Alcan, au centre-ville, un projet vivement critiqué par des architectes et des urbanistes au cours des derniers jours. Un travail «très soigné» a été réalisé pour intégrer harmonieusement ce projet immobilier du quartier Mille carré doré, écrit-il aujourd'hui dans une lettre ouverte à La Presse+.

De son côté, le chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Luc Ferrandez, somme l'administration Coderre de suspendre l'évaluation du projet, jugeant que le nécessaire n'a pas été fait pour aviser les citoyens de la tenue d'une consultation sur le projet en juin, laquelle n'a attiré aucun participant. Un registre pour permettre la tenue d'un référendum a par ailleurs été ouvert en plein coeur des vacances.

«Montréal, métropole UNESCO de design, ne peut se satisfaire des «Moi, j'aime» ou «Moi, j'aime pas» des uns et des autres pour statuer sur la qualité d'un projet de développement immobilier», affirme M. Coderre dans la missive qu'il cosigne avec le conseiller indépendant Richard Bergeron.

Intégration du patrimoine

Inaugurée en 1983, la Maison Alcan est citée comme un exemple de réussite en matière d'intégration de bâtiments patrimoniaux et modernes. Anciennement le siège social de l'aluminerie Alcan, la Maison Alcan a récemment été achetée par une entreprise appartenant à Guy Laliberté, fondateur du Cirque du Soleil. Le projet prévoit la construction d'une tour de 30 étages. Une partie de l'édifice Donnacona sera détruite, mais sa façade sera conservée.

«Durant 20 ans, de 1992 à 2012, il ne s'est pratiquement rien passé au centre-ville, lequel, avec ses innombrables terrains vagues et stationnements de surface, donnait l'impression d'un territoire ayant été bombardé. Depuis quelques années, le centre-ville a retrouvé une formidable vitalité, ce dont témoignent les dizaines de projets d'envergure récemment livrés, en cours de construction, ou encore annoncés pour bientôt. Le projet soumis pour le redéveloppement de l'îlot Alcan, situé en limite ouest du Centre des affaires, témoigne de cette confiance retrouvée», ajoutent MM. Coderre et Bergeron.

Le chef de l'opposition officielle Luc Ferrandez demande un nouvel avis patrimonial sur le projet. «À la lumière des lacunes du projet, on constate qu'aller de l'avant serait une grave erreur. Le projet n'aurait jamais dû se rendre aussi loin dans le processus d'approbation sans que nous ayons eu une véritable réflexion sur ses conséquences pour le centre-ville et le patrimoine montréalais», a-t-il déclaré.

«Plutôt que de mettre en valeur les bâtiments patrimoniaux préservés, la nouvelle tour va les étouffer, en plus de changer complètement la trame de rue. Le cadre bâti du Mille carré doré a tellement été fragilisé au cours des dernières décennies qu'il est de notre devoir de faire preuve de la plus grande vigilance pour tout nouveau projet de développement dans ce secteur», a ajouté M. Ferrandez.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer