Prolongement de la ligne bleue: une étude démolit l'option du train de surface

Une étude de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) rendue publique lundi... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(QUÉBEC) Une étude de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) rendue publique lundi taille en pièces l'idée du gouvernement Couillard d'aménager un train de surface pour prolonger la ligne bleue du métro vers Anjou.

Une « Étude préliminaire des modes de surface » de l'AMT se penche sur les « modes alternatifs » au métro en tunnel. Elle identifie les avantages et les inconvénients du service rapide par bus (SRB), du tramway, et du tram-train, une option hybride qui circule à la fois sur des rails dédiés et sur des voies de tramway.

Le rapport conclut qu'aucune de ces options ne permet de déplacer autant de passagers, aussi rapidement, qu'un métro souterrain.

« L'analyse comparative réalisée à cette étape permet d'exclure les concepts du tram-train et du SRB, peut-on lire dans le document. Elle montre également que le tramway est beaucoup moins performant que le métro dans le corridor de la ligne bleue [entre Saint-Michel et Anjou] et constitue de ce fait un projet très différent qui ne peut atteindre les objectifs fixés pour le prolongement du métro. »

Le tram-train n'est pas retenu au terme de l'analyse parce qu'il lui est impossible d'atteindre des vitesses adéquates dans un milieu urbain. Cette option « n'offre donc aucune plus-value par rapport au tramway ».

Le SRB est également exclu parce que sa capacité est trop faible pour répondre à la demande. Il présente aussi des « défis d'insertion » plus importants que le tramway, puisqu'il faudrait aménager une voie dédiée sur le boulevard Jean-Talon, une artère qui traverse plusieurs zones commerciales.

Un tramway serait pour sa part beaucoup moins performant qu'un métro souterrain. La capacité du matériel roulant serait de quatre fois inférieure à celle d'une rame de métro. Le temps de parcours entre Anjou et la station Saint-Michel serait trois fois plus long, soit 23 minutes au lieu de huit.

« Le tramway dans le corridor Jean-Talon représente une perte d'au moins 50 à 70 % des gains de temps générés par le prolongement du métro, une perte d'au moins 45 à 60 % de l'achalandage généré par le prolongement du métro, une perte significative du transfert modal généré par le prolongement du métro. »

Ce rapport est une tuile pour le ministre des Transports, Robert Poëti. En janvier, le ministre responsable de Montréal a affirmé que l'aménagement d'un train en surface est « plus plausible » à court terme et serait trois fois moins coûteux à réaliser qu'un projet en tunnel.

En février, le ministre a mandaté l'AMT d'étudier différentes alternatives au métro souterrain.

« Cette étude conclut que le mode en surface pourrait occasionner une diminution importante de la capacité d'achalandage générée et une augmentation significative du temps de parcours », a observé M. Poëti dans un communiqué, lundi.

« Je suis satisfait du travail accompli par le Bureau de projet sur le prolongement du métro jusqu'à présent et souhaite que l'équipe en place poursuive son travail afin de livrer le dossier d'opportunité en décembre 2015, comme prévu », a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer