Vitesse: les pieds pesants rencontrent les victimes de la route

Des conducteurs qui circulent à une vitesse excessive dans les rues de Montréal... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne

Des conducteurs qui circulent à une vitesse excessive dans les rues de Montréal vont sans doute s'en mordre les doigts.

Plusieurs d'entre eux se font, en effet, servir de véritables leçons de vie ce jeudi.

Le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) se charge d'abord de les intercepter.

Par la suite, les contrevenants ont droit à de courts tête-à-tête avec des accidentés de la route. Ces derniers, qui se déplacent parfois en fauteuil roulant, expliquent à leurs interlocuteurs que leur témérité au volant leur a coûté très cher.

Selon l'inspecteur de la division de la sécurité routière et des patrouilles spécialisées du SPVM, André Durocher, «ils ne s'apitoient vraiment pas sur leur sort». Ils n'adoptent pas non plus un ton moralisateur, se bornant plutôt à exposer les conséquences des drames provoqués par la vitesse.

De telles paroles ne tombent généralement pas dans l'oreille d'un sourd, selon M. Durocher.

«Chez le conducteur, le réflexe est presque toujours le même: il est gêné et il baisse les yeux. C'est très fort comme image. C'est touchant. Ça met un visage sur le message», observe-t-il.

André Durocher est persuadé que ces interventions auront un effet boule de neige.

«Je suis convaincu que les automobilistes vont raconter à leur entourage ce qui leur est arrivé aujourd'hui (jeudi)», dit-il.

L'opération de sensibilisation est menée dans l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce et toute une mise en scène a été déployée pour qu'elle puisse avoir un maximum d'impact.

Alors que les victimes de la route livrent leur message aux conducteurs, ces derniers peuvent apercevoir, en toile de fond, une scène d'accident qui a été reconstituée spécialement pour l'occasion.

Ils ont donc, sous les yeux, une ambulance, un camion du Service de sécurité incendie de Montréal, des voitures de police, une civière et surtout deux véhicules dont certaines pièces ont été découpées à l'aide de pinces de désincarcération.

«Le but, c'est d'attirer l'attention. Il y a encore trop de gens qui font fi des limites de vitesse et qui se pensent invincibles», conclut M. Durocher.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer