Un restaurateur résiste et garde sa terrasse

Le restaurateur Alain Creton a tenu parole: la... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Le restaurateur Alain Creton a tenu parole: la terrasse de son restaurant Chez Alexandre était toujours en place samedi, malgré les avertissements de l'arrondissement de Ville-Marie.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le restaurateur Alain Creton a tenu parole : la terrasse de son restaurant Chez Alexandre était toujours en place, samedi, dans la rue Peel, malgré les avertissements de l'arrondissement de Ville-Marie, qui a annoncé mardi son intention de retirer les tables et les chaises si le propriétaire ne les déplaçait pas.

L'arrondissement exigeait le démantèlement de la terrasse dans les trois jours en vertu d'un règlement municipal qui proscrit les « terrasses en contigu », caractérisées par la disposition des tables et des chaises, placées le long d'un immeuble.

« Pour l'instant, je n'ai aucun commentaire de qui que ce soit », a affirmé le restaurateur, en entrevue avec La Presse.

Questionnée sur le maintien de la terrasse de la brasserie française, une porte-parole de l'arrondissement de Ville-Marie a dit ne pas être en mesure de commenter la situation, samedi, car elle n'est pas jugée « urgente ».

Changer de côté de trottoir

Si les « terrasses en contigu » sont proscrites, les tables situées du côté du trottoir le plus près de la rue (« contre-terrasses »)sont, quant à elles, tolérées. Au restaurant voisin de Chez Alexandre, on a privilégié cette option pour éviter de s'attirer des ennuis.

« La Ville ne veut pas de terrasses le long des murs pour laisser un accès aux fauteuils roulants et une ligne droite pour les non-voyants », a expliqué le gérant du café Vasco da Gama, Jorge Ferreira. Il a décidé de placer ses « 6 tables, 12 chaises et 8 cèdres » du côté de la rue.

Son restaurant a choisi de ne pas installer de terrasse dans la rue cette année. « Ça ne vaut pas la peine, car on devra l'enlever début juin [pour le Grand Prix] », a-t-il affirmé. « Ensuite, il y aura de l'excavation pour des travaux d'aqueduc et d'électricité », a-t-il ajouté, disant vouloir au moins « récupérer » le mois de mai pour permettre aux clients de profiter du beau temps.

Pour Alain Creton, changer la terrasse de côté relève du « ridicule ». « Ça changerait complètement la physionomie de la terrasse », a-t-il déclaré, ajoutant qu'il serait étrange de créer une terrasse sur le côté extérieur du trottoir, puisqu'un auvent est situé du côté de l'immeuble.

Quant à l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, le restaurateur a souligné que le trottoir est barré en raison de travaux. Il a dit croire que les personnes en fauteuil roulant ne s'y aventurent pas pour cette raison.

NOTE: Une version précédente de ce texte indiquait que les « contre-terrasses » sont proscrites. Il aurait fallu lire l'inverse: les terrasses en contigu (le long des bâtiments) sont interdites, tandis que les contre-terrasses (du côté externe du trottoir) sont permises.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer