Le sol de Montréal aussi gelé que celui de Chibougamau

Les nids-de-poule et les fissures risquent de se... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les nids-de-poule et les fissures risquent de se multiplier sur les routes si le dégel est trop rapide.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'hiver a été si froid, dans le sud de la province, que le sol de Montréal est par endroits gelé aussi profondément que celui de Chibougamau, pourtant situé à 500 km plus au nord. Alors que beaucoup attendent un retour rapide du temps chaud, mieux vaut espérer un long et lent dégel pour limiter les dégâts dans les rues de la métropole. Explications.

Comment mesure-t-on le gel?

La Ville de Montréal dispose de 39 «tubes» sur son territoire qui lui permettent de mesurer la profondeur du gel sous ses rues. Longs de 2,5 mètres, ces appareils sont remplis de bleu de méthylène. «Ce produit change de couleur en gelant. Ça devient plus pâle, et ça nous permet de le mesurer», explique l'ingénieure Monya Ostiguy. Lors du passage de La Presse, le sol était gelé à 1,09 mètre sous un trottoir de la rue Alexandre-De-Sève, au sud de la rue Ontario. «C'est révélateur parce que par le passé, le gel n'avait jamais dépassé 0,96 m», ajoute Mme Ostiguy. À cet endroit de Montréal, le sol est plus granulaire, donc moins propice au gel.

«Mortel pour les routes»

Pour limiter les dégâts, mieux vaut compter sur un lent dégel. «Il faut un printemps en douceur. La pire chose qui pourrait arriver, c'est un dégel subit. Ça serait mortel pour les routes», dit Guy Doré, spécialiste des infrastructures nordiques. Le ministère des Transports prévoit cette année que la période de dégel commencera à partir du 23 mars et qu'elle devrait s'étendre jusqu'au 22 mai, soit sur une soixantaine de jours. Même chose pour les nids-de-poule qui risquent de se multiplier s'il pleut trop durant le printemps, ceux-ci proliférant lorsque l'eau qui s'est infiltrée gèle durant la nuit ou les journées froides. «Les prochaines semaines vont être déterminantes», confirme Jacques-Alain Lavallée, porte-parole de Montréal. Pour prévenir les dégâts, la métropole a multiplié les opérations de colmatage des nids-de-poule depuis le début de l'hiver.

Les entrées d'eau continuent à geler

Même si le temps s'est réchauffé la semaine dernière, le gel est encore si profond dans le sol de Montréal que de nombreuses conduites d'eau ont continué à geler. Le nombre de cas a d'ailleurs augmenté dans la foulée de la décision de la Ville de cesser d'utiliser de l'électricité pour dégeler ces conduites, en raison des risques d'incendie. Depuis hier, Montréal a recommencé à utiliser l'électricité après avoir revu ses méthodes de travail. Désormais, le dégel par électricité se fera uniquement avec des machines certifiées, sous la supervision de deux maîtres électriciens. Le Service de sécurité incendie dit toujours enquêter sur quatre incendies qui pourraient avoir été provoqués par le déglaçage de conduites.

Et le risque d'inondations?

Un sol profondément gelé augmente les risques d'inondations, celui-ci étant moins à même d'absorber rapidement l'eau de fonte. La Sécurité civile estime toutefois que certains facteurs viennent réduire ce risque cette année. D'abord, le Québec a reçu cet hiver 25 % moins de précipitations que par le passé, selon Environnement Canada. De plus, les prévisions météorologiques anticipent un printemps chaud de jour et froid de nuit, ce qui devrait favoriser la sublimation de la neige. «Mais ça dépend beaucoup du printemps. Il suffit de trois ou quatre jours de pluie avec des températures chaudes la nuit pour avoir des embâcles», dit Jean Savard, chef de service au Centre des opérations gouvernementales. Lui aussi dit espérer un long printemps. «Pour éviter des inondations, c'est toujours préférable un long dégel.»

Record de gel à Montréal

2,35 m

Profondeur du gel enregistrée à l'intersection de la rue University et du boulevard René-Lévesque. C'est la profondeur de gel habituellement observée à Chibougamau, pourtant beaucoup plus au nord. Même si le gel est moins profond ailleurs, il a atteint des profondeurs records dans pratiquement tous les secteurs de l'île. Rappelons que la profondeur du gel est étroitement liée au type de sol.

1,6 m 

Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

1,2 m 

Sud-Ouest 

0,96 m

Rosemont-La Petite-Patrie

1,0 m

Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer