Un groupe anarchiste s'invite à la Saint-Patrick

Un groupe anarchiste dont les manifestations tournent constamment à l'émeute... (IMAGE TIRÉE DU SITE DU COLLECTIF OPPOSÉ À LA BRUTALITÉ POLICIÈRE)

Agrandir

IMAGE TIRÉE DU SITE DU COLLECTIF OPPOSÉ À LA BRUTALITÉ POLICIÈRE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un groupe anarchiste dont les manifestations tournent constamment à l'émeute appelle ses militants à se rassembler sur le parcours du défilé familial de la Saint-Patrick, dans deux semaines, pour une «manifestation de la St-Patrak».

Le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) suggère de s'habiller de vert - comme la foule de petits et grands festivaliers - et de se réunir au moment où les chars allégoriques défileront sur la rue Sainte-Catherine Ouest, le 22 mars.

L'affiche qui promeut l'évènement met en vedette un casseur anarchiste qui lance des briques sur un homme d'affaires. «Plus qu'ils coupent, plus qu'ils mettent de flics», y est-il écrit.

Une porte-parole du COBP a fait valoir que son groupe n'a aucune responsabilité face aux familles qui assisteront à la parade, rejetant la faute sur la police. Le SPVM, pour sa part, dit être au courant de l'organisation de cette manifestation et être prêt à toute éventualité.

Les organisateurs du 192e défilé, qui réunit plusieurs dizaines de milliers de personnes, se disent «déçus» d'être pris pour cible. «En ces temps d'austérité et avec la grève qui s'en vient, le comité Printemps 2015 a cru bon de s'allier au COBP pour créer la manifestation "La St-Patrack"!», peut-on lire sur le site internet de la Coalition.

Au téléphone, la militante qui a rappelé La Presse a expliqué que le groupe ne voulait pas se mêler au défilé, mais bien se rassembler «à côté».

«Si ça dérape, ça va être de la part des policiers, ça ne va pas être de notre part, a affirmé Jessica, qui n'a pas voulu fournir son nom de famille. C'est eux autres qui font tout le temps déraper notre manif et qui nous vargent dedans.»

Jessica ne s'attend pas à un évènement tranquille: «Tous les évènements que le COBP organise, on se fait taper dessus par la police. Ça ne va pas être différent d'un autre évènement du COBP», a-t-elle dit, ajoutant ne pas avoir de responsabilité à l'égard des familles assistant au défilé.

Les organisateurs déçus

Sur son site, le COBP explique que le traditionnel défilé de la Saint-Patrick était prévu pour le 15 mars prochain, mais qu'il a été déplacé parce que la date coïncidait avec la manifestation annuelle contre la brutalité policière.

«Hors [sic], le COBP est très amovible [sic]!», a écrit le groupe.

Les organisateurs du défilé ont complètement nié cette version des faits et ont indiqué être mécontents du choix des manifestants.

«On est déçus qu'il y ait la manifestation le même jour, parce que nous, on veut juste fêter avec les Montréalais, a fait valoir Kevin Murphy, porte-parole du défilé. On n'a pas choisi la date à cause d'eux. On a mis le défilé le 22 parce qu'il y a trop d'évènements dans la communauté qui se tiennent le 15. [...] Aussi, on espère qu'il fasse un peu plus chaud.»

M. Murphy dit qu'environ 3000 participants et 250 000 spectateurs prennent part chaque année au défilé.

Du côté de la police, on dit être prêt à toute éventualité.

«On est au courant. Ce sont des choses qu'on regarde avec les organisateurs», a assuré le commandant Ian Lafrenière, grand patron des communications au sein de la police. «On va garder pour nous quelle stratégie on va prendre.»

Selon M. Lafrenière, la manifestation annuelle permettra aux autorités de prendre le pouls des militants et de mieux prévoir le risque de dérapage le 22 mars. «Ça pourrait nous guider pour la semaine suivante», a-t-il dit.

La manifestation prévue le 22 mars par le COBP ne remplacerait pas sa manifestation annuelle. Elle se tiendra le 15 mars sous le thème «Répression politique, y'est temps qu'on réplique!». Le rassemblement est prévu au centre-ville de Montréal. Le Collectif évoque aussi «le nouveau canon à son du SPVM», «les pics anti-itinérants», «la police qui enquête sur la police» et «la complicité des médias» pour inciter les militants à participer à l'évènement. «En 2014 on y a goutté [sic] à la pelletée, ici et ailleurs dans le monde.»

L'an dernier, les organisateurs avaient plutôt prévu un départ du métro Jean-Talon, au milieu de quartiers essentiellement résidentiels. Les policiers avaient mis fin à la manifestation en quelques minutes - n'ayant pas reçu d'itinéraire - avant d'interpeller 288 personnes. Cinq individus ont été arrêtés sur la base d'infractions liées au Code criminel.

Des manifs qui dérapent

15 mars 1997

Première manifestation contre la brutalité policière. Une «cinquantaine de punks», selon La Presse, ont bloqué le pont Jacques-Cartier pendant quelques minutes avant d'être repoussés par «le froid et les vents violents». Les jeunes se sont ensuite dirigés vers le centre-ville, où ils ont fracassé la vitrine d'un restaurant McDonald's et vandalisé deux voitures de police. «Les policiers avaient reçu l'ordre de ne réagir qu'en dernier ressort», précisait le reporter de La Presse.

15 mars 2002

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) établit un record en mettant la main au collet de 371 manifestants, dont 103 adolescents. Selon la police, des manifestants étaient armés de boules de billard, de billes, de pierres et de frondes. Ils ont commis des méfaits sur le quartier général du SPVM, avant d'être encerclés et appréhendés dans un stationnement faisant face au palais de justice, rue Saint-Antoine.

15 mars 2006

Pour la dixième manifestation annuelle contre la brutalité policière, une policière a été atteinte en plein visage par une bouteille projetée par un manifestant. Elle a dû être conduite à l'hôpital, où l'on a constaté une blessure à l'arcade sourcilière. Quatre véhicules ont été vandalisés. Trente-trois personnes ont été arrêtées.

15 mars 2012

En pleine grève étudiante, le rendez-vous annuel n'est qu'une des nombreuses manifestations qui tourneront au vinaigre. À travers les explosions assourdissantes des bombes sonores de la police et le fracas des vitrines qui éclatent, 226 personnes ont été arrêtées. «Je suis encore dégoûté. Ma tolérance a atteint ses limites», dira le maire Gérald Tremblay le lendemain.

15 mars 2014

Tenue quelques semaines après la mort d'Alain Magloire, abattu par des agents montréalais, la dernière manifestation annuelle du Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) a été la plus courte de son histoire. Quelques minutes à peine après le cri de départ, les policiers antiémeutes ont encerclé un groupe de près de 300 manifestants, qui se sont vu remettre des constats d'infraction salés. Bilan: 288 interpellations et 5 arrestations en vertu du Code criminel. Le rassemblement initial avait été convoqué au métro Jean-Talon, entre Villeray et la Petite-Patrie.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer