Poursuite contre les Postes: Montréal mandatera son contentieux

Selon la Ville de Montréal, le projet de... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon la Ville de Montréal, le projet de Postes Canada signifierait l'implantation sur l'île de Montréal de 50 000 boîtes postales sur 15 000 emplacements. M. Coderre a parlé d'un «mur de Chine» constitué de boîtes. Mises bout à bout, ces boîtes feraient 25 kilomètres de long.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Le maire de Montréal Denis Coderre a annoncé, jeudi, qu'il mandaterait son contentieux afin que la Ville se joigne à la poursuite déjà intentée par le Syndicat des travailleurs des postes pour tenter de contrer la fin de la livraison du courrier à domicile. Et cela pourrait n'être que le début d'un mouvement, puisque l'Union des municipalités se montre intéressée par l'idée.

«On va regarder toutes les possibilités», a à son tour affirmé la présidente de l'Union des municipalités, Suzanne Roy, qui s'est d'ailleurs présentée devant les médias aux côtés du maire Coderre et d'autres représentants municipaux de la région montréalaise.

Tous voulaient ainsi illustrer ce front commun municipal contre la décision de Postes Canada de mettre fin à la livraison du courrier à domicile et d'implanter dans les municipalités des boîtes communautaires à la place. Or, les villes ne s'estiment pas consultées et ont qualifié de «cavalière» et de «grotesque» la façon qu'a la Société des postes de se comporter dans ce dossier, alors que ce sont les villes qui sont responsables de l'aménagement du territoire et des permis d'occupation.

En anglais, le maire Coderre a rapporté les propos que lui a tenus la Société des postes quand il a protesté, puis les a qualifiés de «bullshit».

La société de la Couronne a annoncé son plan en décembre 2013 et se donne cinq ans pour le mettre en vigueur et implanter à la place des boîtes communautaires. Le plan est déjà amorcé dans plusieurs villes.

C'est le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes qui a intenté une poursuite devant la Cour fédérale contre la décision de Postes Canada, qui affectera bien sûr ses membres qui perdraient leur emploi. Les municipalités intéressées demanderaient donc le statut d'intervenant dans cette cause et se joindraient à cette poursuite, a expliqué le maire Coderre.

Mais il a pris soin d'ajouter, comme Mme Roy, que d'autres municipalités pourraient se joindre au mouvement. «Les contentieux se parlent déjà», a-t-il souligné.

En plus de cette voie juridique, les villes empruntent la voie politique.

Les maires ont donc décidé de profiter du contexte électoral au fédéral pour demander à tous les chefs de partis de se prononcer en faveur d'un moratoire dans ce dossier de l'implantation des boîtes communautaires. M. Coderre ne veut pas entendre parler simplement de «pause», il veut un «moratoire», a-t-il insisté.

«La stratégie n'est pas compliquée: il y a des élections en octobre. C'est une question de stratégie de temps et c'est une question aussi de stratégie juridique, parce qu'on va jouer notre rôle au niveau d'intervenant avec les syndicats et les divers regroupements. Il y a des questions pointues et importantes qui touchent la qualité de vie des gens», a commenté le maire de Montréal.

Selon la Ville de Montréal, le projet de Postes Canada signifierait l'implantation sur l'île de Montréal de 50 000 boîtes postales sur 15 000 emplacements. M. Coderre a parlé d'un «mur de Chine» constitué de boîtes. Mises bout à bout, ces boîtes feraient 25 kilomètres de long.

La Ville voit dans l'implantation de ces boîtes communautaires des problèmes de sécurité publique pour les citoyens, surtout quand il fait noir, des problèmes d'entretien avec le déneigement, des problèmes d'incivilités à cause des graffitis, des problèmes d'accroissement de la circulation aux abords des boîtes, des problèmes avec la perte de valeur des maisons qui seront près de ces boîtes.

Postes Canada a réagi par courriel, jeudi soir, faisant valoir que «c'est en travaillant avec les municipalités qu'on trouve les solutions aux obstacles quand ils surviennent».

«Notre approche, c'est de collaborer avec toutes les communautés, et cela inclut une consultation approfondie auprès de chaque ménage», a indiqué la porte-parole, Anick Losier.

«Ces efforts ont été très productifs. C'est ce qui nous permet de trouver les meilleurs emplacements dans les communautés où nous avons fait la conversion du service de livraison à la porte à une boîte postale communautaire, ou sommes en train de le faire», a-t-elle poursuivi.

La porte-parole a indiqué que «près d'un million de ménages partout au pays auront terminé ce processus d'ici la fin de cette année».

«Notre objectif est de protéger le service postal pour tous les Canadiens et d'éviter de devenir un fardeau pour les contribuables. Nous demeurons déterminés à collaborer avec la ville de Montréal», a soutenu Postes Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer