Plateau et Rosemont: vers un permis pour les locaux commerciaux inoccupés

Selon Pierre-René Perrin, ancien évaluateur de Montréal qui... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon Pierre-René Perrin, ancien évaluateur de Montréal qui conseille des propriétaires de commerce, le nombre élevé de locaux vacants est davantage attribuable aux taxes foncières élevées pour les commerces, au stationnement difficile et à la multiplication des chantiers routiers.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et de Rosemont-La Petite-Patrie comptent imiter les villes américaines qui imposent un permis aux locaux commerciaux laissés vacants. Les propriétaires d'immeubles couverts de graffitis s'exposeront également à des amendes salées.

Le reportage de La Presse sur les nombreux locaux vacants du boulevard Saint-Laurent a grandement interpellé le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez. Puisqu'un certain nombre de ces commerces abandonnés se trouvent dans son arrondissement, il a dit chercher des solutions pour inciter les propriétaires à louer leurs locaux plutôt que les laisser vacants pendant des années.

Tout comme Chicago, le Plateau étudie actuellement la possibilité de forcer les propriétaires à obtenir un permis spécial lorsque leur local devient vacant. Son coût augmenterait en fonction du temps durant lequel celui-ci reste inoccupé. «C'est un permis pour qu'il n'y ait pas d'intérêt pour un propriétaire de garder un local vacant pendant des années, voire des décennies. Plus la période de vacance augmente, plus le coût du permis augmente», a indiqué Luc Ferrandez. Des amendes pourront aussi être distribuées si le local est couvert de graffitis ou si ses vitres sont brisées.

Rosemont-La Petite-Patrie, qui est à revoir ses règles de zonage, pourrait aussi introduire un tel permis dès sa prochaine réunion du conseil d'arrondissement, en mars. Le maire François Croteau indique que la mesure risque d'être intégrée à un projet de règlement déposé sous peu.

Le maire du Plateau reste prudent pour le moment sur les tarifs qui risquent d'être imposés. Chose certaine, les amendes ne seront pas aussi élevées qu'à Chicago, où un graffiti peut coûter de 500 à 1000$ par jour au propriétaire de l'immeuble. «On n'est pas dans ces eaux-là à Montréal, on est à regarder nos propres barèmes.»

Chicago n'est pas la seule ville américaine à imposer de tels permis. San Francisco et Washington le font aussi. En plus d'un permis, la capitale américaine a même décidé d'imposer des taxes plus élevées aux édifices laissés vacants. Un local commercial vide voit son impôt foncier tripler. Si l'édifice tombe en ruine, la facture est encore plus salée: c'est six fois le taux de base. Montréal dispose d'une taxe plus élevée pour les terrains vagues, mais pas pour les locaux vacants.

D'autres options

Le Plateau et Rosemont font fausse route en misant sur des mesures coercitives, estime toutefois Pierre-René Perrin, ancien évaluateur de Montréal qui conseille des propriétaires de commerce. Selon lui, le nombre élevé de locaux vacants dans le Plateau est davantage attribuable aux taxes foncières élevées pour les commerces, au stationnement difficile et à la multiplication des chantiers routiers.

Pierre-René Perrin propose au contraire que la Ville accepte de réduire de façon temporaire l'impôt foncier sur les locaux commerciaux vacants. Cette mesure, qui pourrait être en vigueur pour un maximum de deux ans, permettrait au propriétaire de rendre son immeuble plus attrayant pour de futurs commerces. Ce dégrèvement pourrait être retiré si le propriétaire ne fait pas d'effort ou s'il n'entretient pas sa devanture.

Loyers trop élevés

Luc Ferrandez reconnaît que Montréal doit revoir sa façon d'imposer les commerces. «Comme la valeur immobilière est élevée, la taxe est élevée, et comme la taxe est élevée, les rares commerçants qui seraient attirés dans ces locaux seraient complètement effrayés parce que ce sont eux qui payent les taxes.»

Le maire du Plateau croit toutefois qu'une partie du problème des locaux vacants vient des loyers trop élevés demandés, que les propriétaires refusent de réduire. «Le bail commercial détermine la valeur de l'immeuble. Si tu baisses ton bail commercial, tu baisses la valeur de ton immeuble. Ce sont des propriétaires qui possèdent des dizaines et des dizaines d'édifices commerciaux. S'ils baissent leurs baux, c'est leur richesse globale, leur capacité d'emprunt, qui vient de s'effondrer.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer