Transports 2000 presse Québec d'établir ses priorités

Lundi, le ministre Poëti sera conférencier d'honneur du... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Lundi, le ministre Poëti sera conférencier d'honneur du déjeuner-bénéfice annuel de Transports 2000 Québec, association provinciale créée il y a plus de 35 ans pour faire la promotion du transport en commun et défendre les intérêts de ses usagers.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

L'association de défense des usagers des transports en commun, Transports 2000 Québec, demande au ministre Robert Poëti de proposer rapidement un «plan de match» pour mettre fin aux supputations et améliorer les services d'autobus, de train et de métro offerts dans la région de Montréal.

Selon le président de Transports 2000, François Pepin, ce plan devrait contenir de nouvelles propositions sur la gouvernance des transports collectifs pour clarifier les rôles et responsabilités de chacun, et l'adoption d'un premier plan de transport métropolitain en concertation avec les villes et arrondissements, les usagers et les organismes intéressés.

Presque 10 mois après l'élection du gouvernement Couillard, estime-t-il, l'absence d'une feuille de route précise quant à l'avenir des transports en commun attise des rivalités entre des régions et des villes et entre les partisans de différentes technologies, comme le métro, les SLR et les tramways, qui ne profitent en rien aux usagers.

«Actuellement, dit-il en entrevue à La Presse, tout ce qu'on voit, c'est des gens qui appuient un métro dans l'Est contre ceux qui appuient un train de banlieue dans l'Ouest, des villes qui veulent un SLR sur le nouveau pont Champlain, contre celles qui veulent un prolongement du métro à Laval ou à Longueuil.»

«Tout le monde tire sur son bout de couverture, tout le monde vend son bout de train, de métro ou d'autre chose, parce que personne ne sait quel est le plan du gouvernement? S'il n'y a pas de plan, on ne peut pas savoir lequel de ces projets est le plus rentable ou le plus bénéfique pour les usagers ou les contribuables.»

Lundi, le ministre Pöëti sera conférencier d'honneur du déjeuner-bénéfice annuel de Transports 2000 Québec, association provinciale créée il y a plus de 35 ans pour faire la promotion du transport en commun et défendre les intérêts de ses usagers. Au fil des ans, cet événement est devenu une sorte d'incontournable pour le monde municipal et le milieu des transports publics de la métropole. Plus de 400 convives seront réunis pour entendre l'allocution du ministre des Transports.

Pour François Pepin, l'occasion serait belle pour que M. Poëti «nous dise seulement où il voudrait être rendu, dans ces dossiers, le 31 décembre 2015. Ce serait déjà ça. Il y a beaucoup de confusion actuellement. S'il nous traçait un chemin clair, je pense que tout le monde se mettrait à travailler dans la même direction.»

Région de Montréal

Les transports en commun stagnent dans la région métropolitaine depuis trois ans. L'expiration d'une politique qui encadrait le développement des services, à la fin de 2011, deux changements de gouvernement et encore plus de changements de ministres, n'ont pas aidé. L'achalandage des réseaux continue de croître, mais au ralenti. Les nouveaux services sont rares et la situation financière des sociétés de transport est inquiétante.

Des emplois ont été supprimés par dizaines à la Société de transport de Montréal et à l'Agence métropolitaine de transport (AMT). L'existence même de cette agence, qui gère les trains de banlieue de la métropole, et qui relève de Québec, est remise en question.

«Ce n'est pas l'Apocalypse», prend soin de nuancer le directeur général de Transports 2000 Québec, Normand Parisien.

«Mais on ne voit pas d'orientations claires pour savoir où on s'en va, ajoute le président, François Pepin. On a entendu que 2015 serait l'année du transport en commun. Moi, je me souviens du maire Pierre Bourque, qui répétait à qui voulait l'entendre combien le transport en commun est important, et qui coupait dans ses budgets.»

Trois dossiers soumis au ministre

1. Priorité au SRB Pie-IX

Le projet de ligne d'autobus express du boulevard Pie-IX, ou Service rapide par bus (SRB), est «un projet essentiel» qui traîne depuis six ans et dont la construction doit être accélérée, selon Transports 2000. Pour le président François Pepin, ce projet de bus rapide nord-sud entre l'autoroute 440, à Laval, et la station de métro Pie-IX, près du Stade olympique, dans l'est de Montréal, sera «un élément majeur» pour réduire la pression sur un tronçon de la ligne orange du métro qui est déjà bondé entre Laval et le centre-ville. Le SRB Pie-IX, qui transporterait jusqu'à 70 000 passagers par jour, selon des prévisions, pourrait aussi être le point d'ancrage d'un réseau métropolitain de SRB, avec des liens vers le centre-ville, par la rue Notre-Dame, ou vers le secteur industriel de Saint-Laurent, via le boulevard Henri-Bourassa. L'échéancier actuel ne prévoit pas de mise en service avant 2020.

2. Et l'usager là-dedans?

Transports 2000 Québec accueille assez fraîchement l'idée du ministre Poëti d'aménager un métro de surface au bout de la ligne bleue (numéro 5) du métro dans l'est de Montréal, au lieu de prolonger celui-ci de cinq kilomètres en tunnel, jusqu'à Anjou. «Du point de vue de l'usager, en termes de déplacements, ça ajoute une correspondance. Ça n'améliore pas la qualité des services actuels et ce n'est pas attrayant.» M. Pepin, un ingénieur retraité qui a fait toute sa carrière dans la planification des transports, estime par ailleurs que l'argument économique voulant qu'un train de surface coûte trois fois moins cher qu'un métro en tunnel, mérite d'être vérifié. L'insertion d'un train de surface et son infrastructure électrique en milieu habité, et dans une trame de rue existante, peut réserver des surprises, des résistances... et bien des délais.

3. Réanimer le TGV

La décision du gouvernement ontarien de commander une étude d'impact pour un segment de train à haute vitesse entre Windsor et Toronto et le réchauffement récent des relations interprovinciales entre le Québec et l'Ontario ont incité Transports 2000 Québec à ressortir des tiroirs le vieux, très vieux projet de construire un train à grande vitesse entre Québec et Windsor. Le directeur général de Transports 2000 Québec, Normand Parisien, estime que ce nouveau climat de collaboration «est plus favorable pour des ententes entre les provinces». Transports 2000 Québec a aussi rencontré Yves Desjardins Siciliano, dynamique PDG de Via Rail, qui souhaite la construction d'un nouveau corridor ferroviaire exclusif pour les trains de passagers, entre Montréal et Toronto, et qui a exhorté des investisseurs institutionnels à y investir, l'automne dernier. «Il a lancé cet appel quelques semaines avant que la Caisse de dépôt et placement révèle son intérêt pour investir dans le train SLR du pont Champlain et le Train de l'Ouest», souligne le président de l'organisme, François Pepin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer