Un métro en surface envisagé pour Pie-IX et Notre-Dame

Le ministre des Transports, Robert Poëti.... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre des Transports, Robert Poëti.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Non seulement le ministre des Transports Robert Poëti propose un métro en surface pour prolonger la ligne bleue dans l'est de Montréal, mais aussi il envisage cette option pour le boulevard Pie-IX et la rue Notre-Dame.

Le responsable de la métropole au gouvernement Couillard en a surpris plus d'un le mois dernier en lançant l'idée d'un métro en surface pour la ligne bleue. Il a demandé à l'Agence métropolitaine de transport d'étudier cette solution, qui serait selon lui trois fois moins coûteuse qu'un métro souterrain.

Le ministre balaie du revers de la main les critiques et soutient qu'il a une « vision globale » du développement des transports collectifs à Montréal.

Hier, avant la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres, il a évoqué l'idée d'implanter un train en surface sur deux autres artères de Montréal. Un réseau « interrelié » serait ainsi créé.

«Une vision globale»

Le métro en surface de la ligne bleue « pourrait se connecter avec le SRB [système rapide par bus] Pie-IX, qui pourrait devenir un métro de surface éventuellement », a-t-il dit. Et sur Notre-Dame, il « pourrait [y avoir] aussi un métro de surface vers le centre-ville ». La création d'un réseau serait ainsi « une bonne nouvelle », a-t-il ajouté.

« Je comprends mal qu'on puisse nous reprocher d'avoir un peu de vision et de regarder des options. Et au final, ça se peut que ce soit le métro tel qu'il est là [pour la ligne bleue], mais ça se peut aussi que l'on découvre un moyen moins dispendieux, plus efficace en surface qui pourrait s'interrelier avec les autres. Ça s'appelle une vision globale et ça s'appelle évoluer avec la société », a-t-il plaidé.

Pour la ligne bleue, il estime que bien des difficultés techniques invoquées par les réfractaires du métro en surface seraient éliminées en optant pour un système sur pilotis. « En surface, ça ne veut pas dire collé à terre ! Est-ce qu'en surface, on peut être à 12 pieds dans les airs, est-ce qu'on peut être à 18 pieds dans les airs, à 20 pieds dans les airs ? On est toujours en surface et on sauve des intersections », a-t-il soutenu. Il a ajouté que le train en surface pourrait également se trouver ailleurs que sur Jean-Talon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer