• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Montréal 
  • > Grabuge à l'hôtel de ville: pas de «collusion» entre policiers et manifestants, conclut le SPVM 

Grabuge à l'hôtel de ville: pas de «collusion» entre policiers et manifestants, conclut le SPVM

Le saccage à l'hôtel de ville de Montréal... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le saccage à l'hôtel de ville de Montréal survenu le 18 août.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Douze minutes. C'est le temps qui s'est écoulé entre le moment où des manifestants ont forcé l'entrée de l'hôtel de ville, le 18 août, et l'ordre de dépêcher le groupe d'intervention de la police de Montréal. S'il y a eu « confusion », il n'y a eu « ni inaction ni collusion avec les manifestants », indique le rapport du SPVM déposé hier.

18h Les premiers manifestants se rassemblent devant l'hôtel de ville, des cols bleus et des cols blancs surtout. Quinze minutes plus tard, la foule sera estimée à 1000 personnes, parmi lesquelles de nombreux touristes.

18h30 Environ 200 pompiers se joignent aux manifestants. La rue Notre-Dame est bloquée. Un premier fumigène de gaz inerte est lancé. Des papiers sont lancés dans les airs.

18h33 Des citoyens qui souhaitent assister au conseil municipal commencent à entrer par les portes de la place Vauquelin. Au même moment, les officiers de direction sur le terrain proposent au Centre de commandement et de traitement de l'information (CCTI) de dépêcher des policiers du groupe d'intervention à l'intérieur de l'hôtel de ville. La suggestion n'est pas retenue «afin d'éviter d'envenimer la situation». Ce soir-là, le CCTI était la structure de commandement tactique responsable de gérer l'intervention.

18h39 Des manifestants lancent des papiers à travers les portes de la place Vauquelin. Une minute plus tard, les agents de sécurité de l'hôtel de ville décident de fermer les portes.

18h41 Des manifestants forcent l'entrée. Une trentaine de personnes parviennent à pénétrer à l'intérieur de l'hôtel de ville, dont deux masquées et un homme déguisé en Superman. Les deux seuls agents du SPVM qui se trouvaient à l'intérieur de l'hôtel de ville demandent du renfort avec leur radio portative.

18h44 Le CCTI décide d'attendre avant de dépêcher des membres du groupe d'intervention à l'intérieur de l'hôtel de ville. Au même moment, des manifestants forcent à nouveau l'entrée en bousculant les agents de sécurité de l'hôtel de ville. Environ 300 personnes parviennent à entrer.

18h50 Des manifestants tentent d'entrer de force par la porte du garage, à l'arrière de l'hôtel de ville, sans succès.

18h51 Le CCTI décide de dépêcher des policiers à l'intérieur de l'hôtel de ville, mais tente auparavant de faire un état de la situation avec le service de sécurité de l'hôtel de ville, qui est débordé.

18h51 Il commence à y avoir de l'action sur le Champ-de-Mars, qui donne sur les fenêtres de la salle où se tient le conseil municipal. Un deuxième fumigène est lancé. Un feu de poubelle est allumé. Les policiers qui surveillent la scène changent de position lorsqu'ils reçoivent des choses sur la tête. Peu de commandes sont données aux policiers à l'extérieur, à qui l'on dit de rester en stand-by.

18h52 Un autre fumigène est lancé, cette fois vers la porte du garage.

18h53 Les deux policiers à l'intérieur de l'hôtel de ville communiquent avec leur officier pour signaler que des manifestants sont entrés dans la salle du conseil municipal. Les policiers ont du mal à se faire entendre sur les ondes. Ils communiqueront finalement avec leurs supérieurs à l'aide de leur téléphone cellulaire. Le CCTI donne l'ordre de faire entrer le groupe d'intervention. Leur présence à l'intérieur de l'hôtel de ville est suffisante pour les faire partir. Les policiers n'ont jamais reçu l'ordre d'imposer des mesures restrictives.

18h59 Plusieurs manifestants ressortent par la terrasse attenante à la salle du conseil, qui donne sur le bureau du maire. Ils frappent dans les fenêtres. Un climatiseur est arraché. La fenêtre est forcée et un carreau de fenêtre est brisé.

19h04 Le CCTI donne l'ordre aux policiers d'effectuer des arrestations s'ils sont témoins d'infractions. Mais à ce moment, les manifestants sont déjà tous en train de ressortir de la salle du conseil municipal.

19h07 Sur le Champ-de-Mars, le président des cols bleus prononce un discours dans lequel il déplore le dérapage.

19h36 La foule se disperse. Le conseil municipal reprend.

Les dommages n'ont toujours pas été chiffrés

Elle a beau avoir marqué un tournant dans la campagne contre le projet de loi 3, avoir mené au congédiement de six pompiers et avoir été qualifiée de saccage, la manifestation du 18 août à l'hôtel de ville de Montréal a causé des dommages qui ne sont toujours pas chiffrés, quatre mois après qu'elle a éclaté.

Ni l'administration Coderre ni le Service de police de la Ville de Montréal n'ont été en mesure de fournir la valeur totale des dommages à La Presse. À l'Association des pompiers de Montréal, on ne sait pas davantage à combien s'élèvera la facture pour cet événement. Même les demandes d'accès à l'information à ce sujet n'ont mené à rien. La première demande envoyée par La Presse, qui concernait le «montant total des dommages causés lors de la manifestation», a été refusée, car elle risquait «d'avoir un effet sur une procédure judiciaire». La seconde, qui exigeait l'obtention d'une copie des rapports à propos de l'événement, a aussi été refusée.

Pour justifier ces refus, la Ville évoque les dangers d'entraver le déroulement d'une procédure ou

de révéler une méthode d'enquête.

- Marie-Michèle Sioui avec la collaboration de Serge Laplante

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer