Le SPVM confirme imposer des quotas

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) confirme imposer des quotas... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) confirme imposer des quotas de contraventions à ses agents. La Fédération des policiers municipaux du Québec (FPMQ) souhaite qu'une loi soit adoptée pour faire disparaître cette pratique.

L'association qui regroupe les syndicats de policiers municipaux a tenu une conférence de presse hier pour dénoncer l'obligation faite aux agents de distribuer un nombre minimal de constats chaque jour. La Fédération réclame que le Québec s'inspire des États-Unis, où 22 États ont adopté une loi interdisant les quotas de contraventions pour s'assurer que les agents se dédient à la sécurité publique et non à remplir les coffres des municipalités.

«Cessons de jouer avec les mots, les quotas de contraventions sont des taxes déguisées», a lancé Paulin Aubé, vice-président de la FPMQ. La Fédération déplore que les policiers soient évalués seulement sur le nombre de contraventions émises. Des corps policiers peuvent en venir à délaisser des appels prioritaires pour préférer distribuer des contraventions, disent leurs représentants. «Ça existe, des trappes à tickets», a indiqué Paulin Aubé.

La FPMQ qualifie d'«intolérable» le double discours des politiciens qui disent limiter les hausses de taxes pour respecter la capacité de payer des citoyens mais réclament à leurs agents de distribuer davantage de constats. Paulin Aubé déplore au passage que les administrations nient publiquement imposer des quotas.

Loin de nier, le SPVM a pour une rare fois hier confirmé qu'il impose des quotas de contraventions à ses agents. «On ne se cache pas, c'est vrai qu'on a un objectif de rendement, on a des attentes envers nos policiers», a reconnu le commandant Ian Lafrenière.

Le SPVM a préféré ne pas s'avancer sur le nombre de contraventions imposé, mais il n'a pas contesté les chiffres avancés par la Fraternité des policiers de Montréal. Son président, Yves Francoeur, a indiqué que les motards affectés à la circulation devaient émettre 18 contraventions par jour et ceux en voiture, 16. Les policiers affectés aux postes de quartier doivent, quant à eux, effectuer l'équivalent d'une intervention de sécurité routière par unité par jour.

«Nos membres veulent intervenir en sécurité publique, pas collecter des taxes, a déploré Yves Francoeur. Il faut que le Québec roule vers la sécurité routière plutôt que la sécurité financière.»

Les instigateurs de la demande nient tout lien, mais cette sortie survient alors que la Ville de Montréal dénonce à la Commission des relations de travail une diminution de 32% du nombre de contraventions émises par les policiers montréalais.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer