Concerts au parc Jean-Drapeau: le maire de Saint-Lambert exaspéré

Le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie.... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Arcand
La Presse

À 22h21, le dimanche soir du 9 août dernier, si un placide banlieusard de Saint-Lambert tentait d'endormir son bébé au bout de la rue Brixton, ce n'est pas le marchand de sable qui passait. C'est Enter Sandman, le grand hit du groupe Metallica qui résonnait à 58,3 décibels dans cette rue suburbaine à 2,5 km de la scène du parc Jean-Drapeau.

Cette chanson s'est fait entendre au terme de trois jours de musique diffusée 11 h par jour durant le festival Heavy Montréal, produit par evenko. « Ça ressemble à ça, 12 heures par jour durant presque toutes les fins de semaine de l'été, ici. Qui accepterait d'endurer ça ? », a demandé le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie, lors d'une conférence de presse où il a adressé à la fois un ultimatum et un appel au dialogue à la Ville de Montréal au sujet des nuisances sonores causées par les concerts en plein air sur l'île Sainte-Hélène.

L'extrait sonore de Metallica fait partie d'une série de mesures prises durant tout l'été par la division acoustique de SNC-Lavalin, engagé pour amasser de la preuve en prévision d'un éventuel procès. Une autre chanson entendue durant le festival Osheaga, en soirée, durant la fin de semaine du 1er août, rue Riverside, était perceptible à 62,7 décibels. Elle aurait été perçue à plus de 40 décibels essentiellement en notes basses dans une maison, toutes fenêtres et portes fermées, a dit l'ingénieur acousticien Martin Meunier.

« Notre situation n'est pas banale. Nous ne sommes plus capables d'endurer cela. Nous ne voulons pas revivre ça l'an prochain. Assez, c'est assez », a dit le maire Dépatie. Il a réitéré que la petite ville de 22 000 habitants ne demande pas que les concerts cessent et qu'elle souhaite ne pas « judiciariser le dossier ». Mais elle exige que Montréal prenne les moyens de réduire de façon marquée le bruit perçu sur la Rive-Sud et déplore que Montréal refuse la discussion à ce sujet.

La Ville de Montréal a indiqué qu'elle ne commenterait pas la conférence de presse de Saint-Lambert. Le maire de Montréal Denis Coderre a déjà répondu aux doléances des citoyens de la Rive-Sud en disant que « Montréal est une grande ville internationale ».

L'avocat mandaté par Saint-Lambert, Alain Chevrier, du cabinet Dunton Rainville, a suggéré une série de mesures d'atténuation comme réorienter la scène, ériger des murs antibruit près de la scène, mais aussi, « en attendant, de baisser le volume, tout simplement ». Me Chevrier a noté qu'il habite Longueuil, à 6,6 km de la scène, et qu'il entendait clairement le festival Osheaga chez lui, fenêtres fermées, en août dernier.

Les concerts evenko suscitent de nombreuses plaintes de citoyens à Saint-Lambert, mais aussi dans l'arrondissement du Vieux-Longueuil. Le maire Dépatie a demandé en vain à Longueuil d'assumer une partie des frais juridiques et d'expertise, pour lesquels Saint-Lambert a jusqu'à présent voté des crédits de 25 000 et 40 000 $ respectivement. Mais Longueuil ne le fera pas « pour le moment », a dit à La Presse Bernard Bigras, le porte-parole de la Ville de Longueuil.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer