Plan triennal d'immobilisations: priorité aux rues à Montréal

La part du lion ira à la réfection... (Photothèque La Presse)

Agrandir

La part du lion ira à la réfection des rues, soit pour 1,4 milliard. Ce montant représente une augmentation de 465 millions par rapport au précédent PTI, soit 52%.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Montréal s'attaque de front à la dégradation de ses rues. La Ville prévoit d'y investir 1,4 milliard au cours des trois prochaines années, une augmentation de plus de 50%, selon le plan des investissements présenté hier.

Globalement, le Programme triennal d'immobilisations (PTI) pour les années 2015 à 2017 prévoit 4,6 milliards en investissements, soit 20% de plus que le précédent exercice. «On a un rattrapage important à effectuer», a souligné le maire Denis Coderre.

La part du lion du PTI ira à la réfection des rues. Près des deux tiers de la somme de 1,4 milliard qui y sera consacrée serviront à la réhabilitation d'infrastructures routières existantes. Le reste ira plutôt dans la construction de nouvelles rues. 

Les infrastructures souterraines ne seront pas en reste, avec des investissements de 1,3 milliard sur trois ans (29% du TPI). Quelque 844 millions (18%) seront consacrés à la rénovation et la construction de bâtiments, tandis que 495 millions iront aux parcs et espaces verts (11%).

«La question qu'il faut se poser c'est: est-ce qu'on veut investir maintenant ou avoir des infrastructures vétustes? Ça coûte moins cher de maintenir nos infrastructures que de faire des réparations urgentes», a indiqué Denis Coderre.

Efficacité à améliorer

Montréal a beau planifier des milliards en investissements, année après année, la Ville ne réalise qu'une fraction de ces projets. «Pour les quatre dernières années, le taux de réalisation du PTI a été faible, beaucoup trop faible», a déploré le maire Coderre. Le directeur général de Montréal, Alain Marcoux, refuse de mettre uniquement en cause l'obligation pour les entrepreneurs d'obtenir une autorisation de l'Autorité des marchés financiers. «A-t-on un problème de productivité? Quand ça prend de deux à quatre mois pour donner un contrat et que l'entrepreneur est prêt à commencer les travaux... Il faudrait se réorganiser pour donner les contrats en un mois», dit-il. L'administration Coderre souhaite augmenter la cadence pour atteindre environ 80% de réalisation des travaux dès 2015. Le maire évalue même la possibilité de nommer un «chien de garde» responsable de suivre l'évolution des projets.

Près des deux tiers des investissements prévus de 2015 à 2017 seront financés par des emprunts. Pour éviter de voir la dette de la Ville exploser, la métropole compte utiliser des emprunts de 1,2 milliard inutilisés au cours des dernières années en raison du faible taux de réalisation des travaux. De plus, la métropole compte augmenter les projets payés comptant plutôt que par des emprunts. D'ici 10 ans, Montréal souhaite ainsi payer comptant 800 millions, soit la moitié de ses investissements annuels, contre 14% actuellement. «C'est une façon plus équitable de faire pour les générations futures; nous n'augmenterons pas le poids de la dette», a résumé Pierre Desrochers, président du comité exécutif.

Legs pour le 375e

Promenades riveraines, réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest, aménagement de nouvelles places publiques, c'est une véritable cure de jouvence que subira Montréal avant de souffler ses 375 bougies. Au cours des trois prochaines années, Montréal investira 300,5 millions en legs pour souligner le 375e anniversaire de la ville. Dans les faits, la facture sera plus élevée, puisque tous les projets ne seront pas complétés d'ici 2017, et d'autres sommes seront prévues dans les années suivantes, comme à l'Insectarium.

Taux de réalisation

  • 2010: 63,3%
  • 2011: 47,6%
  • 2012: 52%
  • 2013: de 55 à 60%
  • 2014: +/-80%

Principaux investissements 2015-2017 par catégorie

CatégoriesInvestissementsPourcentages des investissements
Infrastructures routières1,4 G$29%
Infrastructures souterraines1,4 G$29%
 Bâtiments 844 M$ 18%
Parcs et espaces verts495 M$11%
Ameublement et équipements de bureau251M$6%
Autres308M$  7%

Financement des investissements 2015-2017

CatégoriesMontants du financementPourcentages du financement
Emprunts2,9 G$63,2%
Subventions gouvernementales858 M$18,8%
Paiement comptant640 M$14%
Activités commerciales de la Commission des services électriques166 M$3,6%
Dépôts de promoteurs et autres18 M$0,4%

D'autres projets attendus

  • 52,2 millions La métropole entreprendra d'ici 2017 la dernière phase du Quartier des spectacles avec l'aménagement de l'Esplanade Clark, où l'on prévoit installer une patinoire réfrigérée.
  • 75,3 millions Montréal doit rénover 40 arénas d'ici 2020, notamment pour remplacer les systèmes de réfrigération au fréon qui seront alors interdits. Pas moins de sept arénas devraient être en chantier en 2015.
  • 22,7 millions La métropole investira des millions pour devenir une « ville intelligente » grâce à des systèmes pour suivre l'avancement du déneigement ou pour déterminer les stationnements disponibles. Un remplacement du portail web de la Ville est aussi prévu.
  • 10 millions Montréal entreprendra le remplacement de ses 110 000 lampadaires pour miser sur l'éclairage DEL. Ce projet, qui permettra de détecter automatiquement les pannes, sera mené sur plusieurs années et devrait coûter au total 110 millions.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer