Réforme des arrondissements: Coderre garde le cap

Le maire Denis Coderre tient à son projet... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Le maire Denis Coderre tient à son projet de réforme des arrondissements et veut laisser passer au moins un an avant d'y apporter des ajustements, si nécessaire.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré les critiques des trois partis d'opposition, le maire Coderre n'a pas l'intention de modifier son projet de réforme sur le financement des arrondissements. Si le tir a besoin d'être rectifié, ce sera dans un an, a-t-il déclaré hier.

La réforme des arrondissements est une grande opération de centralisation qui sera l'une des pierres d'assise du prochain budget de la Ville de Montréal, voté le 10 décembre. Au premier plan, les voies routières qui relèvent de la ville centre passent de 24 à 52% du réseau. Le transport des ordures, le stationnement tarifé et le déneigement de ces artères relèveront désormais de la ville centre. Si la réforme est adoptée, les transferts aux arrondissements seront désormais établis selon des critères mathématiques complexes, comme la longueur des rues, le volume de neige ou la population.

L'opposition juge que la Ville a fixé les calculs de manière «inéquitable». On reproche à la nouvelle formule de ne pas tenir compte, par exemple, de la densité de peuplement des rues, de la fréquentation des parcs ou du profil socio-économique de la population. Ultimement, on craint que les services à la population en souffrent.

«C'est de l'amateurisme et du fétichisme de l'action immédiate», a dénoncé hier matin, en point de presse, le maire du Plateau-Mont-Royal et chef de l'opposition, Luc Ferrandez. «On ne leur demande pas d'adopter toutes nos idées, juste de s'asseoir avec nous. Il faut trouver des solutions tout de suite», a-t-il ajouté.

Réforme «vivante»

À la sortie du conseil municipal, hier en début de soirée, M. Coderre a répliqué que sa réforme était «vivante», mais que rien ne sera modifié dans l'immédiat.

«Nous avons mis en place des outils de mesure et on a besoin d'avoir au moins un an pour savoir où il faut s'ajuster», a-t-il déclaré. «On n'est pas pour commencer la réforme en la changeant.»

Hier matin, les chefs des trois partis d'opposition, Luc Ferrandez, Benoit Dorais et Lorraine Pagé, ainsi que la mairesse d'Outremont, Marie Cinq-Mars, et le maire de L'Île-Bizard-Sainte-Geneviève, Normand Marinacci, ont fait une sortie commune pour exiger de prendre part immédiatement à des travaux pour «améliorer» la réforme. Ils ont aussi demandé que les transferts de la ville centrale aux arrondissements soient indexés.

Sur le plan de l'indexation, l'administration Coderre ne ferme pas la porte. «Si les orientations budgétaires le permettent», a précisé le maire.

Si la réforme du financement est adoptée, certains arrondissements verront leurs transferts augmenter considérablement, notamment LaSalle et Pierrefonds-Roxboro. En revanche, des arrondissements comme Outremont, Ville-Marie et Le Plateau-Mont-Royal subiront de plein fouet ces nouvelles règles de transfert.

Neuf policiers en moins sur le Plateau

Neuf postes de policiers seront supprimés à l'issue de la fusion des deux postes de quartiers dans l'arrondissement du Plateau Mont-Royal. Cette mesure permettra à la Ville de Montréal d'épargner 1,2 million par année. Elle sera présentée ce matin au comité exécutif de la Ville de Montréal. Le nombre de duos qui patrouillent dans le quartier restera le même, a indiqué le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Ce sont plutôt des postes de superviseurs qui seront abolis. Dans les faits, les policiers ne perdront pas leur emploi: ils seront relocalisés au sein d'autres services.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer