Bergeron démissionne, Ferrandez lui succède

Luc Ferrandez... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Luc Ferrandez

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dix ans après avoir fondé Projet Montréal, Richard Bergeron démissionne de la direction de son parti. C'est le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, qui lui succédera à la tête de l'opposition.

Après avoir échoué par trois fois à devenir maire de Montréal, Richard Bergeron dit maintenant «sentir le poids des années. J'ai le sentiment d'avoir atteint certaines limites.»

Fier d'avoir bâti un parti alignant 28 élus et comptant 1500 membres, Richard Bergeron s'est dit convaincu que sa formation allait lui survivre. «Le meilleur est à venir pour Projet Montréal. Longue vie à Projet Montréal.»

Malgré sa démission comme chef de Projet Montréal, Richard Bergeron demeurera à l'hôtel de ville en tant que conseiller municipal du district Saint-Jacques, au centre-ville.

Au terme d'un vote en caucus, les élus de Projet Montréal ont choisi Luc Ferrandez comme chef intérimaire. Impossible de savoir qui s'était présenté contre lui, le parti ayant même refusé de dire combien de personnes avaient soumis leur candidature. Interrogé sur le processus, Luc Ferrandez a invité à la blague les journalistes à écouter la série télévisée House of Cards

Luc Ferrandez a réservé ses premiers mots pour saluer le travail de Richard Bergeron. «Décider d'enrichir sa ville plutôt que s'enrichir personnellement, c'est noble», a-t-il dit.

Celui qui s'est d'abord fait connaître comme le maire du Plateau-Mont-Royal compte profiter de son nouveau statut de chef de l'opposition pour continuer à s'attaquer à la réforme des arrondissements annoncée cet été par l'administration Coderre. 

Combatif, Ferrandez s'est rapidement attaqué au maire. «Montréal est mal gérée. Ce n'est pas la seule responsabilité du maire actuel - il y a eu des mauvaises décisions prises dans les dernières années -, mais malheureusement, le maire renforce ces mauvaises idées, renforce la centralisation, renforce la bureaucratie et on se dirige tout droit dans le mur.»

Le nouveau chef de l'opposition s'est par ailleurs engagé entre temps à améliorer son assiduité, lui qui cumule le plus d'absences au conseil municipal.

Un chef d'ici six mois

Luc Ferrandez devrait rester chef intérimaire jusqu'en avril. Les statuts et règlements de Projet Montréal prévoient qu'un congrès à la direction doit être organisé dans les six mois suivant la démission du chef. S'il avait jusqu'à présent toujours fermé la porte à occuper ce poste, le maire du Plateau s'est montré ouvert aujourd'hui. «Je me suis présenté [comme chef intérimaire] parce que je veux lutter d'arrache-pied contre la réforme des arrondissements. Si ce n'est pas fini dans six mois, on verra», a-t-il déclaré.

Bergeron salué par ses adversaires

Les adversaires de Richard Bergeron ont tenu à saluer sa contribution à la scène municipale. « C'est un ami, un collègue, un amoureux de Montréal. Il a eu de l'impact et il a une très grande crédibilité. On travaille ensemble pour l'autoroute Ville-Marie et on a travaillé ensemble pour le budget. Il est en mode solution. »

La nouvelle chef du Vrai changement pour Montréal, Lorraine Pagé a déclaré quant à elle que «M. Bergeron a toujours fait preuve d'un grand leadership. Il est un homme politique d'une grande intégrité, un collègue courtois.»

- Avec Mario Cloutier

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer