Projet Montréal dépose une motion pour améliorer l'information sur les chantiers

Les citoyens se sentent de plus en plus... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Les citoyens se sentent de plus en plus perdus dans une mer de cônes orange, déplore Projet Montréal.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Combien de temps durera un chantier ? Pourquoi fait-on ces travaux ? Combien coûteront-ils ? Pour mettre fin chez les Montréalais au « syndrome du cône orange » suscité par les questions laissées souvent sans réponse, Projet Montréal propose que la métropole s'engage à rendre publiques davantage d'informations sur ses chantiers.

Alors que travaux routiers se multiplient à Montréal, les citoyens se sentent de plus en plus perdus dans une mer de cônes orange, déplore le conseiller d'opposition, Marc-André Gadoury. Pour s'y retrouver, Projet Montréal présentera lors du prochain conseil municipal, le 27 octobre, une motion pour réclamer un meilleur affichage en bordure des chantiers.

Il n'est pas question ici d'augmenter le nombre de panneaux oranges, mais plutôt d'installer des affiches détaillant le où/quand/quoi/comment/pourquoi des travaux. « Un chantier dont les citoyens sont au courant est mieux accepté », souligne Marc-André Gadoury.

Transparence

De telles pancartes apparaissent parfois, reconnaît l'élu, mais plusieurs informations-clés manquent souvent. En plus d'assurer une meilleure acceptabilité des chantiers, améliorer les informations disponibles assurerait en même temps une plus grande imputabilité, poursuit le conseiller. « S'il est marqué que la fin du chantier est prévue le 15 septembre et que ce n'est pas fermé à cette date, les citoyens le savent. »

Marc-André Gadoury estime qu'il n'est pas suffisant d'informer les citoyens à travers les réseaux sociaux. La Ville doit s'astreindre à afficher les détails des travaux directement sur les chantiers. « Ce n'est pas tout le monde qui est sur Twitter, rappelle l'élu. Le concept de "ville intelligente", avant d'être une ville mieux gérée grâce aux nouvelles technologies, est celui d'une gouvernance plus transparente. »

En plus des renseignements de base, Projet Montréal réclame que le numéro de téléphone du gestionnaire de chantier soit affiché. Marc-André Gadoury indique que cette idée vient des difficultés rencontrées lors du récent chantier sur l'avenue du Parc. Des citoyens cherchaient à joindre rapidement à joindre les responsables des travaux qui avaient oublié de rouvrir une voie de circulation alors que leurs travaux étaient suspendus pour la fin de semaine.

Pour le moment, «il n'existe pas de normes pour l'affichage des chantiers, mais nous avons un guide de référence qui balise ces activités», indique Philipe Sabourin, porte-parole de la Ville de Montréal. Des lettres aux résidants aux publicités dans les médias, en passant par des rencontres avec les voisins d'un chantier, on y détaille une douzaine de façons pour bien informer les citoyens lors de travaux.

La métropole dit recourir fréquemment aux panneaux lumineux à messages variables en amont des chantiers routiers. La Ville en possède une douzaine, mais peut en louer au besoin pour annoncer le début de travaux et leur nature. Ceux-ci apparaissent normalement dans les 10 jours avant un chantier et demeurent jusqu'à la fin des travaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer