Manif à l'hôtel de ville: 13 nouvelles personnes accusées

Le Service de police de Montréal a porté des accusations contre 13 autres... (Photo FRANÇOIS ROY, archives La Presse)

Agrandir

Photo FRANÇOIS ROY, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Service de police de Montréal a porté des accusations contre 13 autres employés ayant pris part à la manifestation du 18 août à l'hôtel de ville. C'est l'Association des pompiers qui en a fait l'annonce alors qu'elle était à lancer un appel au boycott des Jeux mondiaux policiers et pompiers prévus dans la métropole en 2017.

Tout comme les 44 autres employés accusés en août dernier, ils font face à des accusations d'attroupement illégal, de méfaits et de voies de fait. Des 13 nouveaux employés accusés, 11 sont des pompiers.

Ces nouvelles accusations portent ainsi à 57 le nombre de personnes accusées au criminel. La majorité d'entre eux sont pompiers, soit 52 d'entre eux. Selon leur syndicat, il s'agit des mêmes personnes faisant également l'objet de mesures disciplinaires.

Boycott

À la suite des six congédiements annoncés récemment, les pompiers de Montréal ont décidé de lancer un appel au boycott des Jeux mondiaux policiers et pompiers (JMPP) qui doivent attirer des dizaines de milliers de visiteurs dans la métropole en 2017.

L'Association des pompiers dit lancer cet appel pour protester contre le projet de loi 3 sur les régimes de retraite municipaux. Rappelons que les pompiers sont les plus touchés par les changements prévus, le nouveau partage des cotisations devant coûter 2700$ de plus par an en moyenne par sapeur.

Les pompiers s'attaquent ainsi à l'un des événements majeurs prévus dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal, en 2017. Quand elle a sollicité en 2011 les JMPP, Montréal disait espérer des retombées de 100 millions.

La métropole affirmait aussi à l'époque qu'un «impact majeur sera les bénéfices liés à la visibilité et au rayonnement des deux services auprès de la communauté montréalaise. Cela permettra de mettre en valeur les deux professions.» 

Les JMPP se targuent d'être l'une des trois plus importantes compétitions sportives au monde avec les Jeux olympiques et ceux du Commonwealth.

Les pompiers de Montréal risquent de ne pas être les seuls à tourner le dos à cet événement. La Fraternité des policiers a avisé ses membres cette semaine qu'elle réfléchissait à la possibilité de boycotter les JMPP de 2017. Déjà, le syndicat a retiré son représentant du comité organisateur.

Cet appel au boycott survient alors que les inscriptions viennent à peine de débuter... pour les JMPP de 2015, qui auront lieu à Fairfax, en Virginie. Tout indique que les inscriptions pour l'édition montréalaise ne débuteront pas avant l'automne 2016, soit dans deux ans. L'Association précise que le boycott se limite à l'édition 2017. Les pompiers montréalais pourront participer à celle prévue l'été prochain. Le syndicat compte d'ailleurs participer à l'événement pour convaincre leurs collègues de ne pas se rendre à Montréal en 2017.

Pour l'heure, le comité organisateur des JMPP 2017 est encore à la recherche de commanditaires. On demande ainsi 300 000$ aux entreprises pour devenir commanditaire officiel ou 150 000$ pour le niveau platine. Pour 100 000$ de plus, les entreprises pourraient se payer l'exclusivité des commandites lors de la cérémonie d'ouverture ou de clôture.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer