Les cols blancs de Montréal envisagent la grève

Alain Fugère, président du syndicat des fonctionnaires municipaux... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Alain Fugère, président du syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal - dont la convention collective est échue depuis la fin de 2011 -, ne croit pas qu'un règlement à court terme soit possible avec la Ville.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les cols blancs de Montréal, sans convention collective depuis près de trois ans, vont bientôt se prononcer sur des moyens de pression «pouvant aller jusqu'à la grève». Les 8000 travailleurs sont convoqués le 21 octobre prochain pour une assemblée générale a appris La Presse. Le syndicat menace de recourir à la grève pour faire avancer les négociations avec la Ville, qui sont au point mort.

Ces moyens de pression «plus musclés» pourraient même commencer «le soir même» du vote, avance Alain Fugère, président du syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (cols blancs).

«À un moment donné, il faut mettre notre pied à terre», lance le leader syndical. Il se dit frustré par le manque de sérieux de la Ville, qui n'aurait plus de mandat pour négocier selon lui. «La Ville nous a dit qu'elle n'a pas de mandat et que ça prendrait encore une couple de semaines, voire des mois.» Il tient Denis Coderre responsable de cette impasse.

Même si une autre rencontre entre la Ville et le syndicat est prévue la semaine prochaine, le président des cols blancs n'a guère espoir qu'un règlement à court terme soit possible. «Ça fait 18 mois qu'ils ne sont pas sérieux.» Alain Fugère se dit confiant d'aller chercher ce vote auprès de ses membres, qui en ont «ras le bol» de l'immobilisme de la Ville.

La convention collective des cols blancs est échue depuis le 31 décembre 2011. C'est ce qui explique qu'ils pourraient faire la grève, contrairement à ceux qui sont assujettis à une convention collective valide.

«Nous n'attendrons pas jusqu'à février pour faire des moyens de pression, c'est clair» ajoute Alain Fugère.

Les deux parties ne s'entendent pas sur certains points plus «normatifs» de cette nouvelle entente et sur les hausses salariales demandées.

Nouvelle menace

Ce n'est pas la première fois que les cols blancs menacent de recourir à la grève. En août dernier, le syndicat a menacé de le faire pour s'opposer au projet de loi 3 sur les régimes de retraite.

Alain Fugère expliquait à ce moment les conséquences d'une telle perturbation sociale à Montréal. «Il y a des services qui seraient paralysés solidement», avait-il indiqué. «S'il y a des plans et devis à faire, ils ne se feraient plus. Il n'y aurait plus de surveillance de travaux, plus d'inspecteurs, plus d'agents de stationnement.»

Or, c'est la première fois que le syndicat convoque une Assemblée générale pour mettre ses menaces à exécution.

Le cabinet du maire de Montréal a préféré ne pas commenter le dossier. La dernière grève des cols blancs de Montréal remonte à 1967.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer