La Ville s'attaque à la réparation des rues locales

Le nouveau programme devrait prolonger de 7 à... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le nouveau programme devrait prolonger de 7 à 12 ans la durée de vie des rues réparées.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Longtemps négligées, les rues dites locales de Montréal auront bientôt droit à une bouffée d'oxygène. À partir de 2015, la métropole prévoit injecter 50 millions par an pour refaire la surface des artères les plus mal en point qui quadrillent ses quartiers.

L'administration Coderre doit autoriser ce matin la création d'un nouveau programme qui se consacrera exclusivement à l'amélioration de l'état des rues locales. Les travaux réalisés grâce à celui-ci se limiteront à refaire l'asphaltage de ces artères afin de «rapidement améliorer l'état général du réseau routier local montréalais», peut-on lire dans une description du programme.

La Presse a révélé en mai que le tout premier portrait global des infrastructures de Montréal avait mis en lumière la forte dégradation des rues locales. À force de réparer ses principales artères, comme les boulevards, la métropole avait négligé l'entretien des rues qui quadrillent ses quartiers. Le rapport évaluait que 30% des chaussées dites locales étaient dans un état allant de «passable» à «très mauvais». En comparaison, moins de 5% du réseau artériel affichait une telle dégradation.

Le nouveau programme devrait prolonger de 7 à 12 ans la durée de vie des rues retapées. La Ville dit ainsi vouloir s'«offrir un répit et ne pas augmenter le déficit d'entretien pendant [qu'on s'affaire] tous à rattraper» le réseau routier de la métropole.

En entrevue avec La Presse, le maire Denis Coderre a affirmé qu'il était temps que Montréal s'occupe des rues locales. «Quand on se donne une approche commune, ça augmente la qualité de vie des gens», a-t-il dit.

À la défense de la réforme

Le maire compte en effet mettre de l'avant ce type d'interventions pour défendre la réforme des arrondissements présentée l'été dernier par son administration, décriée depuis par plusieurs maires locaux. «La réforme dans son ensemble va permettre une plus grande efficience», martèle le maire.

Montréal souligne que les arrondissements, seuls, n'ont pas la capacité financière d'assumer la charge financière liée à un tel programme de réfection des rues - d'où la nécessité de créer un programme financé par la ville centre. Denis Coderre dit ainsi vouloir «dégager la pression au niveau des arrondissements» plutôt que les étouffer financièrement.

Travaux par la Ville

Le choix des rues retapées par le nouveau programme relèvera des arrondissements, mais les travaux seront entièrement réalisés par la ville centre. Montréal prévient qu'il ne sera pas question de refaire les trottoirs - à moins de corriger un problème de drainage - ni d'apporter des améliorations à la rue ou d'intervenir sur les infrastructures souterraines. Les arrondissements devront aussi cibler des rues dans lesquelles aucun autre chantier n'est prévu au cours des cinq prochaines années, question que les travaux ne soient pas faits en vain.

Ce nouveau programme est conditionnel à l'adoption du prochain Programme triennal d'immobilisations, le 13 novembre. Mais déjà, les 19 arrondissements ont transmis à la ville centre un avis favorable, a constaté La Presse.

Pour la première année de ce nouveau programme, Montréal prévoit lancer les appels d'offres de décembre à février prochains. Les travaux devraient être réalisés entre mai et octobre.

Arrondissements «critiques»

  • Ahuntsic-Cartierville
  • Lachine
  • Mercier-Hochelaga-Maisonneuve
  • Outremont
  • Sud-Ouest
  • Verdun

Source : Plan d'intervention intégré de la Ville de Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer