Exclusif

Montréal rêve aux trottoirs chauffants

L'élimination automatique de la neige accentuerait l'attrait commercial... (Photo Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

L'élimination automatique de la neige accentuerait l'attrait commercial de la rue Sainte-Catherine en hiver, estime André Poulin, directeur général de Destination centre-ville.

Photo Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Enjamber des bancs de neige ou mettre le pied dans la gadoue sera peut-être bientôt chose du passé rue Sainte-Catherine Ouest. Montréal étudie sérieusement la possibilité de doter sa principale artère commerciale de trottoirs chauffants, a appris La Presse.

Depuis le début de la consultation sur l'avenir de la «Sainte-Cath», l'idée de chauffer les trottoirs a été fréquemment soulevée. Encore hier, plusieurs participants à un forum rêvaient ouvertement de mettre fin aux désagréments de l'hiver sur la principale artère commerciale de la métropole.

Devant la forte demande, la Ville de Montréal a donc demandé à ses ingénieurs de mener une étude de faisabilité sur les trottoirs chauffants. L'objectif est de répondre aux nombreux points d'interrogation que soulève une telle «innovation», comme se plaît à la décrire Claude Carette, directeur des infrastructures, de la voirie et des transports de la métropole.

«Est-ce qu'on peut le faire techniquement? Et comment l'intègre-t-on dans un projet? On va évaluer l'opportunité de l'idée en fonction du coût, évidemment», a-t-il confié en entrevue à La Presse.

Une décision l'hiver prochain

Selon nos informations, les résultats de cette étude sont attendus d'ici la fin du mois. Claude Carette précise qu'une décision devra être prise au début de l'hiver, la Ville souhaitant lancer la préparation des plans et devis rapidement l'an prochain afin de procéder à une première phase des travaux dès 2016.

L'étude cherche surtout à bien comprendre les «contraintes de réalisation» des trottoirs chauffants. Quelle énergie utiliser: la géothermie ou l'électricité? «Quand cette eau va fondre, où va-t-elle aller? Dans un caniveau, le long du trottoir? Il ne faut pas que cette eau gèle à nouveau», illustre Claude Carette.

Montréal doit aussi évaluer les limites d'un tel système. L'expérience d'autres villes démontre que les trottoirs chauffants fonctionnent moins bien lorsque le mercure descend trop. M. Carette précise que Montréal souhaite chauffer seulement les trottoirs et non la rue sur toute la largeur, ce qui ferait augmenter la facture.

Voie du futur

L'association représentant les entreprises du secteur voit d'un très bon oeil l'installation de trottoirs chauffants. «Ce serait une idée géniale. C'est la voie du futur», affirme André Poulin, directeur général de Destination centre-ville. Rencontré en marge d'un forum tenu hier sur l'avenir de la «Sainte-Cath», celui-ci a estimé que l'élimination automatique de la neige accentuerait l'attrait commercial de la rue en hiver. Un tel dispositif serait particulièrement le bienvenu durant les Fêtes, la plus importante période de l'année pour les commerçants.

«S'il n'y a plus de neige, on peut se permettre un mobilier urbain de meilleure qualité parce qu'il n'est pas abîmé par la machinerie qui procède à l'enlèvement de la neige. Il n'y a plus non plus de gadoue pour les citoyens qui se promènent», énumère André Poulin. Souvent, en hiver, les piétons qui arpentent la rue Sainte-Catherine doivent marcher dans l'étroit sillage des chenillettes déblayant la rue. Ils doivent également enjamber des amoncellements de neige aux coins de rue.

André Poulin prévient toutefois que Montréal devra résister à la tentation de refiler la facture aux commerçants. «Les entreprises du centre-ville payent déjà beaucoup, plus de 15% des taxes récoltées par la Ville», dit-il. Il ajoute que les trottoirs chauffants pourraient «se payer d'eux-mêmes» puisque la Ville économisera chaque année en frais de déneigement.

Claude Carette précise que l'étude en cours ne se penche pas sur le partage des coûts, mais simplement sur la faisabilité du projet.

Ce type d'infrastructure existe depuis de nombreuses années en Europe et au Japon. En Norvège, plusieurs trottoirs au centre-ville d'Oslo sont chauffés. Ce n'est pas la Ville qui a payé pour ces travaux, mais les commerçants.

Aux États-Unis, la ville de Holland, au Michigan, dispose aussi de telles installations depuis 25 ans déjà. La municipalité a installé un long réseau de tuyaux dans lequel circule de l'eau chaude. Pour réduire les coûts, la municipalité utilise les surplus d'énergie de sa centrale électrique pour chauffer l'eau.

Vers un tunnel sous la rue

Au-delà des trottoirs chauffants, Montréal mène plusieurs autres études pour l'aménagement de la rue Sainte-Catherine. L'une d'elles s'intéresse à l'aménagement d'une galerie souterraine sous l'artère. Contrairement au «Montréal souterrain», ce tunnel ne serait pas ouvert au public, mais servirait au passage de conduites ou de câbles. Un tel aménagement permettrait d'éviter d'avoir à ouvrir la rue chaque fois qu'il y a des réparations à effectuer. «Ça nous permettrait de réduire les impacts des travaux», résume Claude Carette.

D'autres études sont également en cours, notamment sur l'impact de la piétonnisation que plusieurs réclament - et que d'autres appréhendent. Une autre s'intéresse à l'impact sur la circulation et le stationnement des différents scénarios proposés dans le cadre de la consultation.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer