Exclusif

Infrastructures fédérales: investissements records pour Montréal

Le programme de sécurisation du pont Champlain, proposé... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Le programme de sécurisation du pont Champlain, proposé à l'automne 2013 par la firme d'ingénierie Buckland&Taylor, prévoit des dépenses globales de 400 à 500 millions sur cinq ans.

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

La société des Ponts Jacques-Cartier et Champlain (PJCCI) va investir plus de 600 millions en seulement deux ans dans la réfection, l'entretien ou le renforcement des infrastructures fédérales de transport de la région de Montréal, a appris La Presse.

Une partie importante de ces budgets, soit 272 millions, sera consacrée à la mise en oeuvre du programme de sécurisation du pont Champlain, proposé à l'automne 2013 par la firme d'ingénierie Buckland&Taylor.

Ce programme prévoit des dépenses globales de 400 à 500 millions, sur cinq ans, pour faire en sorte «que le pont offre un niveau acceptable de sécurité aux usagers» en attendant son remplacement, maintenant prévu pour 2018.

Les autres infrastructures fédérales sont loin d'être en aussi mauvais état que le pont Champlain. L'ampleur des sommes allouées pour leur réfection témoigne toutefois de l'importance des travaux à venir sur les ponts Jacques-Cartier et Mercier, ainsi que sur les autoroutes 15 et Bonaventure, au sud-ouest de Montréal.

Même le tunnel de Melocheville, qui permet à la route 132 de passer sous le canal de la Voie maritime du Sant-Laurent, à Beauharnois, bénéficiera d'investissements importants dans les deux prochaines années. Ce tunnel de 227 mètres de long n'avait pas fait l'objet de travaux majeurs depuis la fin des années 60.

Dans le plus récent budget fédéral, déposé il y a deux semaines, le gouvernement Harper a alloué des crédits de 378 millions pour 2014 et 2015 à PJCCI, responsable de l'entretien de toutes les infrastructures routières fédérales de la région métropolitaine.

Ces sommes s'ajoutent aux 235 millions qui étaient déjà alloués à l'entretien du pont Champlain en vertu d'enveloppes déterminées attribuées en 2009 et 2013 pour assurer la sécurité de l'ouvrage.

La réfection du pont Champlain accaparera près de 45% des investissements prévus de 613 millions, sur deux ans, pour les infrastructures fédérales en 2014 et 2015.

C'est du jamais-vu pour la société fédérale PJCCI. En 2013, elle avait établi un record d'investissements en programmant des projets qui totalisaient 126 millions sur un an.

Fibres de carbone

Les travaux du pont Champlain seront d'une ampleur inégalée. Dès que la météo le permettra, la société fédérale entreprendra l'installation de panneaux de fibres de carbone sur l'ensemble des 100 poutres de rive en béton situées de chaque côté du pont Champlain.

Présentement, seulement 6 des 100 poutres de rive du pont Champlain sont déjà recouvertes de fibres de carbone. Selon un budget présenté par la firme Buckland&Taylor, dans son rapport de septembre, l'installation de tels panneaux coûte environ 600 000$ par poutre, en sus des coûts d'ingénierie et de surveillance des travaux.

L'arrivée du printemps signifiera aussi l'installation d'un nouveau treillis modulaire sous la poutre de rive qui s'est fissurée en novembre dernier, provoquant une crise de quelques semaines, où l'éventualité d'une fermeture définitive du pont Champlain a été maintes fois évoquée.

Cette poutre fissurée est toujours sur le pont. Elle est toutefois inactive, puisque les charges qui s'exerçaient sur elle au passage des 160 000 véhicules qui traversent ce pont chaque jour sont temporairement supportées par une «super-poutre» d'acier. Celle-ci sera retirée du pont après l'installation d'un treillis d'acier sous la poutre endommagée. Le treillis reprendra alors de façon permanente les charges exercées sur cette poutre.

D'autres poutres de rive, dont l'état est considéré comme «critique», pourraient subir le même traitement, et ce, dès la prochaine saison des travaux.

Niveau de sécurité acceptable

Ces mesures découlent directement d'un rapport de septembre 2013 préparé par la firme d'ingénierie Buckland&Taylor, qui a recommandé à PJCCI de mettre en place, «dans les plus brefs délais», un programme de renforcement pour assurer que le pont Champlain, «dans son état actuel, offre aux usagers un niveau de sécurité acceptable, conformément au Code canadien sur le calcul des ponts routiers».

L'analyse portait principalement sur l'état des 100 poutres de rive, situées de part et d'autre du pont Champlain. Depuis plusieurs années, la capacité portante de ces poutres en béton a été fortement compromise par la corrosion de leur armature d'acier interne, rongée par les infiltrations d'eau et de sels de déglaçage.

La totalité des poutres a déjà été renforcée à l'aide de câbles de post-tension externe, et le tiers d'entre elles est aussi muni d'arbalètes à poinçons, pour réduire les risques de fissure en cisaillement.

«Même si le risque associé à l'état observé des poutres est actuellement acceptable et qu'il permet de maintenir la circulation sur l'ouvrage, la détérioration et la dégradation se poursuivront avec le temps», estiment les experts.

Ce rapport conclut que «de nombreux composants du pont continueront d'exiger des interventions majeures au cours des cinq prochaines années».

«Avec le temps, affirme le rapport, ce sera de plus en plus difficile d'intervenir. Même avec les interventions recommandées sur les cinq prochaines années, les probabilités de devoir fermer temporairement ou définitivement des voies augmenteront le plus longtemps le pont sera maintenu en opération.»

Travaux prévus

Pont Jacques-Cartier

117 millions

Début d'un programme d'intervention de 10 ans pour réparer la structure métallique, au-dessus et en dessous du pont. Réparation des piliers qui n'ont pas fait l'objet de réfection depuis 10 ans. La société PJCCI ambitionne de prolonger la vie de ce pont jusqu'à 150 ans (soit jusqu'en 2080). Ce pont emblématique de Montréal a été inauguré en mai 1930.

Autoroute Bonaventure (A10)

72 millions

Poursuite des travaux de réfection de la portion surélevée de l'autoroute Bonaventure, en cours depuis 2011. En 2014, les travaux seront réalisés sur la section de l'autoroute située à la hauteur du canal de Lachine, soit juste à l'entrée du centre-ville de Montréal.

Pont Honoré-Mercier

53 millions

Poursuite et fin du remplacement complet du tablier du pont sur la section fédérale, entre la Rive-Sud et la Voie maritime du Saint-Laurent. Des travaux sont aussi prévus sur des piliers du pont dans le cadre d'un plan d'entretien à long terme.

Autoroute 15 (section fédérale)

52,5 millions

Remplacement d'un viaduc, réfection d'autres ouvrages d'art, travaux d'entretien (asphaltage, joints de dilatation, etc.).

Pont Champlain

37 millions

Ces nouveaux crédits s'ajoutent aux 235 millions déjà alloués par le gouvernement fédéral pour sécuriser le pont Champlain (voir autre texte).

Tunnel de Melocheville

19 millions

Réfection de l'éclairage dans le tunnel sud (tunnel nord réalisé en 2013) et bétonnage des deux tubes de circulation, des tubes de ventilation et des six tours de ventilation. Le tunnel de 227 m de longueur n'a pas fait l'objet de travaux majeurs depuis la fin des années 60.

Estacade du pont Champlain

7,5 millions

Asphaltage, blindage des piles au niveau de la semelle pour la protection contre les glaces, réparation de béton et réfection des dispositifs de sécurité aux approches de l'estacade.

Opérations, entretien, soutien

20 millions

Total budget 2014-2015

378 millions




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer